maison blanche

La nouvelle donne

1er discours sur l’Etat de l’Union de Barack Obama


Traduction du  discours de Barack Obama ralisée par le logiciel Systran

Remarques du président dans le Discours sur l’État de l’Union

21h11 EST

LE PRÉSIDENT :  Madame Speaker, vice-président Biden, membres du congrès, des invités distingués, et des Américains semblables :

Notre constitution déclare cela de temps en temps, le président donnera aux informations du congrès sur l’état de notre union.  Pendant 220 années, nos chefs ont accompli cette fonction. Ils ont fait ainsi au cours des périodes de la prospérité et de la tranquilité.  Et ils ont fait ainsi au milieu de la guerre et de la dépression ; aux moments de grands différends et de grande lutte.

Il tente de regarder ces moments et de supposer en arrière que notre progrès était inévitable — la cette Amérique a été toujours destinée pour réussir.  Mais quand l’union a été tournée en arrière à la course de Taureau, et les alliés a débarqué la première fois à la plage d’Omaha, victoire était beaucoup dedans doute.  Quand le marché brisé mardi noir, et des marcheurs de droits civiques ont été battus dimanche sanglant, le futur était quelque chose mais sûr.  C’étaient les temps qui ont examiné le courage de nos convictions, et la force de notre union.  Et en dépit de tous nos divisions et désaccords, nos hésitations et nos craintes, Amérique ont régné parce que nous avons choisi d’avancer en tant qu’une nation, en tant qu’une personnes.

Encore, nous sommes examinés.  Et encore, nous devons répondre à l’appel de l’histoire.

Il y a un an, j’ai pris le bureau parmi deux guerres, une économie basculée par une récession grave, un système financier sur le bord de l’effondrement, et un gouvernement profondément dans la dette.  Les experts de l’autre côté de la classe politique ont averti que si nous n’agissions pas, nous pourrions faire face à une deuxième dépression.  Ainsi nous avons agi — immédiatement et agressivement.  Et un an après, le plus mauvais de l’orage a passé.

Mais la dévastation demeure.  On dans 10 Américains ne peut pas encore trouver le travail.  Beaucoup d’entreprises shuttered.  Les valeurs à la maison ont diminué.  De petites villes et communautés rurales ont été frappées spécialement durement.  Et pendant ceux qui pauvreté déjà connue, la vie est devenue celle beaucoup plus dur.

Cette récession a également composé les fardeaux que les familles de l’Amérique avaient traités pendant des décennies — le fardeau du travail plus dur et plus longtemps pour moins ; de ne pouvoir pas épargner assez pour retirer ou aider des enfants avec l’université.

Ainsi je sais les inquiétudes qui sont dehors là en ce moment.  Elles ne sont pas nouvelles.  Ces luttes sont la raison que j’ai courue pour le président.  Sont ces luttes de ce que j’ai été témoin pendant des années dans les endroits comme Elkhart, Indiana ; Galesburg, l’Illinois.  J’entends parler de elles dans les lettres que je lis chaque nuit.  Les plus durs à lire sont ceux écrits par des enfants — demandant pourquoi ils doivent se déplacer de leur maison, demandant quand leur maman ou papa pourra retourner pour travailler.

Pour ces Américains et tant d’autres, le changement n’est pas venu assez rapidement.  Certains sont frustrants ; certains sont fâchés.  Ils ne comprennent pas pourquoi il semble comme le mauvais comportement sur Wall Street est récompensé, mais le dur labeur sur la rue principale n’est pas ; ou pourquoi Washington a été incapable ou peu disposé de résoudre n’importe lequel de nos problèmes.  Ils sont fatigués de l’esprit de parti et les cris et la mesquinerie.  Ils savent que nous ne pouvons pas nous permettre le.  Pas maintenant.

Ainsi nous relevons de grands et difficiles défis.  Et ce que les personnes américaines espèrent — ce qu’elles méritent — est pour tous les nous, Democrats et républicains, pour travailler par nos différences ; pour surmonter le poids numbing de notre politique.  Pour tandis que les personnes qui nous ont envoyés ici ont de différents milieux, les différentes histoires, croyance différente, les inquiétudes qu’elles font face sont les mêmes. Les aspirations qu’elles se tiennent sont partagées :  un travail qui paye les factures ; une chance d’obtenir en avant ; surtout, la capacité de donner à leurs enfants par meilleure vie.

Vous savez quoi encore elles partagent ?  Elles partagent une résilience têtue face à l’adversité.  Après une des années les plus difficiles dans notre histoire, elles restent les voitures occupées de bâtiment et les enfants d’enseignement, commençant des entreprises et retournant à l’école. Ils donnent des leçons particulières à la petite ligue et aident leurs voisins.  Un femme m’a écrit et dit, « nous sommes tendus mais plein d’espoir, luttant mais encouragés. »

Elle est en raison de cet esprit — ces grande décence et grande force — que je n’ai jamais été plus plein d’espoir au sujet du futur de l’Amérique que moi suis le soir.  (Applaudissements.)  En dépit de nos difficultés, notre union est forte.  Nous n’abandonnons pas.  Nous ne stoppons pas.  Nous ne laissons pas la crainte ou la division casser notre esprit.  Dans cette nouvelle décennie, il est temps où les personnes américaines obtiennent un gouvernement qui assortit leur décence ; cela incarne leur force.  (Applaudissements.)
Et ce soir, ce soir je voudrais parler de comment ensemble nous pouvons livrer sur cette promesse.

Elle commence par notre économie.

Notre tâche plus pressante en prenant le bureau était d’étayer les mêmes banques qui ont aidé la cause cette crise.  Il n’était pas facile de faire. Et s’il y a une chose qui a unifié Democrats et républicains, et tout le monde dans l’intervalle, c’est que nous avons tout détesté le renflouement de banque.  Je l’ai détesté — (applaudissements.)  Je les ai détestés.  Vous l’avez détesté.  Il était environ aussi populaire comme canal radiculaire.  (Rire.)

Mais quand j’ai couru pour le président, j’ai promis que je ne ferais pas simplement ce qui était populaire — Je ferais ce qui était nécessaire.  Et si nous avions permis la fusion du système financier, le chômage pourrait être double ce que c’est aujourd’hui.  Plus d’entreprises se seraient certainement fermées.  Plus de maisons auraient été sûrement perdues.

Ainsi j’ai soutenu de la dernière les efforts administration de créer le programme financier de délivrance.  Et quand nous avons repris ce programme, nous l’avons rendu plus transparent et plus responsable.  Et en conséquence, les marchés sont maintenant stabilisés, et nous avons récupéré la majeure partie de l’argent que nous avons dépensé en banques.  (Applaudissements.)  Les la plupart mais pas toutes.

Pour récupérer le repos, j’ai proposé des honoraires sur les plus grandes banques.  (Applaudissements.)  Maintenant, je sais que Wall Street n’est pas vif sur cette idée.  Mais si ces sociétés peuvent se permettre de distribuer de grandes bonifications encore, elles peuvent se permettre des honoraires modestes pour payer en arrière les contribuables qui les ont sauvés dans leur période du besoin.  (Applaudissements.)

Maintenant, car nous avons stabilisé le système financier, nous avons également pris des mesures pour obtenir notre économie s’élevant encore, sauf autant de travaux comme possibles, et aidons les Américains qui étaient devenus sans emploi.

C’est pourquoi nous avons prolongé ou avons augmenté des allocations de chômage de chômage pour plus de 18 millions d’Américains ; assurance médicale maladie faite 65 pour cent meilleur marché pour les familles qui obtiennent leur assurance par le COBRA ; et passé 25 réductions des impôts différentes.

Maintenant, me laisser répéter :  Nous avons coupé des impôts.  Nous avons coupé des impôts pour 95 pour cent de familles actives.  (Applaudissements.)  Nous avons coupé des impôts pour de petites entreprises.  Nous avons coupé des impôts pour les acheteur de maison pour la première fois.  Nous avons coupé des impôts pour des parents essayant de s’occuper de leurs enfants.  Nous avons coupé des impôts pour 8 millions d’Américains payant l’université.  (Applaudissements.)

J’ai pensé que j’obtiendrais quelques applaudissements sur celui-là.  (Rire et applaudissements.)

En conséquence, les millions d’Américains ont eu plus à dépenser sur le gaz et la nourriture et d’autres nécessités, qui ont aidé la subsistance d’affaires plus d’ouvriers.  Et nous n’avons pas soulevé des impôts sur le revenu par un dixième de dollar simple sur une personne simple.  Pas un dixième de dollar simple.  (Applaudissements.)

En raison des étapes nous avons pris, là sommes environ deux millions d’Américains travaillant en ce moment qui serait autrement sans emploi.  (Applaudissements.)  Deux cents mille travaux dans la construction et l’énergie propre ; 300.000 sont des professeurs et d’autres ouvriers d’éducation.  Les dizaines de milliers sont des cannettes de fil, sapeurs-pompiers, dirigeants correctionnels, les premiers répondeurs.  (Applaudissements.)  Et nous sommes sur la voie pour ajouter encore 1 1/2 millions de travaux à ce total vers la fin de l’année.

Le plan qui a fait tous de ce possible, à partir des réductions des impôts aux travaux, est l’acte de rétablissement.  (Applaudissements.)  C’est exact — l’acte de rétablissement, également connu sous le nom de facture de stimulus.  (Applaudissements.)  Économistes sur la parole gauche et bonne que cette facture a aidée sauf les travaux et évite le désastre.  Mais vous ne devez pas prendre leur mot pour lui.  Parler à la petite entreprise à Phoenix qui triplera sa main d’oeuvre en raison de la Loi de rétablissement.  Parler au fabricant de fenêtre à Philadelphie qui a indiqué qu’il avait l’habitude d’être sceptique au sujet de la Loi de rétablissement, jusqu’à ce qu’il ait dû ajouter deux postes de travail supplémentaires juste en raison des affaires qu’elle a créées.  Parler au professeur simple élevant deux enfants qui a été indiqué par son principal en semaine dernière d’école qui en raison de la Loi de rétablissement, elle ne serait pas congédiée après tous.

Il y a des histoires comme ce tout à travers l’Amérique.  Et après deux ans de récession, l’économie se développe encore.  Les fonds de retraite ont commencé à gagner en arrière une partie de leur valeur.  Les entreprises commencent à investir encore, et lentement certains commencent à louer encore.

Mais je me rends compte que pour chaque exemple de succès, il y a d’autres histoires, des hommes et des femmes qui se réveillent avec l’angoisse de ne pas savoir d’où leur prochain chèque de règlement viendra ; qui envoient la semaine de résumés après semaine et n’entendent rien dans la réponse.  C’est pourquoi les travaux doivent être notre foyer de nombre-un en 2010, et c’est pourquoi je réclame une nouvelle facture des travaux ce soir.  (Applaudissements.)

Maintenant, le moteur vrai de la création d’emplois dans ce pays sera toujours les entreprises de l’Amérique.  (Applaudissements.)  Mais le gouvernement peut créer les conditions nécessaires pour que les entreprises augmentent et pour engagent plus d’ouvriers.

Nous devrions commencer où la plupart des nouveaux travaux font — dans de petites entreprises, compagnies qui commencent quand — (applaudissements) — compagnies qui commencent quand un entrepreneur — quand un entrepreneur prend une chance sur un rêve, ou un ouvrier décide qu’il est temps où elle est devenu son propre patron.  Par la granulation fine et la détermination, ces compagnies ont survécu à la récession et elles sont prêtes à se développer.  Mais quand vous parlez à de petits businessowners dans les endroits comme Allentown, la Pennsylvanie, ou Elyria, l’Ohio, vous découvrez que quoique les banques sur Wall Street prêtent encore, elles prêtent la plupart du temps à de plus grandes compagnies.  Le financement reste difficile pour de petits businessowners à travers le pays, même ceux qui réalisent un bénéfice.

Tellement ce soir, je propose que nous prennions $30 milliards des banques de Wall Street d’argent l’ayons remboursé et employions pour aider la communauté des banques à donner à de petites entreprises le crédit qu’ils doivent rester à flot. (Applaudissements.)  Je propose également un nouveau crédit d’impôt de petite entreprise
— un qui ira à plus d’un million de petites entreprises qui engagent de nouveaux ouvriers ou augmentent des salaires.  (Applaudissements.)  Tandis que nous sommes à eux, nous laisser éliminent également tous les impôts sur les plus-values sur l’investissement de petite entreprise, et fournissent une incitation fiscale pour que toutes les grandes entreprises et toutes les petites entreprises investissent dans les nouvelles usines et équipement.  (Applaudissements.)

Après, nous pouvons mettre des Américains pour travailler aujourd’hui établissant l’infrastructure du demain.  (Applaudissements.)  Dès le début railroads au système d’autoroute nationale, notre nation a été toujours construit pour concurrencer.  Il n’y a aucune raison l’Europe ou la Chine devrait avoir les trains les plus rapides, ou les nouvelles usines qui fabriquent des produits d’énergie propre.

Demain, je visiterai Tampa, la Floride, où les ouvriers casseront bientôt la terre sur un nouveau chemin de fer à grande vitesse financé par l’acte de rétablissement.  (Applaudissements.)  Il y a les projets comme cela tous à travers ce pays qui créera des emplois et des services, et l’information de notre nation d’aide mouvement les biens.  (Applaudissements.)

Nous devrions mettre plus d’Américains aux équipements d’énergie propre de bâtiment de travail — (applaudissements) — et accorder les remises aux Américains qui rendent leurs maisons plus de rendement optimum, qui soutient les travaux d’énergie propre.  (Applaudissements.)  Et pour encourager des ces et des autres secteurs à rester dans nos frontières, il est temps de réduire finalement les allégements fiscaux pour les compagnies qui embarquent nos travaux outre-mer, et donne ces allégements fiscaux aux compagnies qui créent des emplois bien ici aux Etats-Unis d’Amérique.  (Applaudissements.)

Maintenant, la Chambre a voté un projet de loi des travaux qui inclut certaines de ces étapes.  (Applaudissements.)  Comme le premier ordre des affaires cette année, moi invitent le sénat à faire la même chose, et moi savoir qu’elles.  (Applaudissements.)  Elles.  (Applaudissements.)  Les gens sont sans emploi.  Ils blessent.  Ils ont besoin de notre aide.  Et je veux une facture des travaux sur mon bureau sans tarder.  (Applaudissements.)

Mais la vérité est, ces étapes ne compensera pas sept millions de travaux que nous avons perdus au cours des deux dernières années.  La seule manière de se déplacer au plein emploi est de jeter de nouveaux fondements pour la croissance économique à long terme, et aborde finalement les problèmes que les familles de l’Amérique ont confrontés pendant des années.

Nous ne pouvons pas nous permettre une autre soi-disant « expansion » économique comme celle de la dernière décennie — ce qui un certain appel « a perdu la décennie » — là où les travaux se sont développés plus lentement que pendant n’importe quelle expansion antérieure ; là où le revenu du ménage américain moyen a diminué tandis que le coût de soins de santé et d’instruction atteignait des niveaux les plus hauts ; là où la prospérité a été établie sur une bulle de logement et une spéculation financière.

Du jour j’ai pris le bureau, j’ai été dit que relever nos plus grands défis est trop ambitieux ; un tel effort serait trop controversable.  J’ai été dit que notre système politique est trop embouteillage, et que nous devrions juste mettre des choses sur la prise pendant un moment.

Pour ceux qui introduisent ces réclamations, je prends une question simple : Combien de temps devrions-nous attendre ?  Combien de temps l’Amérique devrait-elle mettre son futur sur la prise ?  (Applaudissements.)

Vous voyez, Washington nous avait dit d’attendre des décennies, même pendant que les problèmes se sont empirés.  En attendant, la Chine n’attend pas pour améliorer son économie.  L’Allemagne n’attend pas.  L’Inde n’attend pas.  Ces nations — elles ne se tiennent toujours pas.  Ces nations ne jouent pas pour le deuxième endroit.  Elles mettent plus d’emphase sur des maths et la science.  Elles reconstruisent leur infrastructure.  Elles réalisent des investissements sérieux dans l’énergie propre parce qu’elles veulent ces travaux.  Bien, je n’accepte pas le deuxième endroit pour les Etats-Unis d’Amérique.  (Applaudissements.)

Aussi dur qu’il peut être, aussi inconfortable et controversable que les discussions peuvent devenir, il est temps de devenir sérieux au sujet de fixer les problèmes qui entravent notre croissance.

Maintenant, un endroit à commencer est réforme financière sérieuse.  Regarder, je ne suis pas intéressé à punir des banques.  Je suis intéressé à protéger notre économie.  Un marché financier fort et sain permet aux entreprises pour accéder au crédit et pour créer de nouveaux emplois. Il creuse des rigoles l’épargne des familles dans les investissements qui augmentent des revenus.  Mais cela peut seulement se produire si nous gardons contre la même imprudence qui a presque réduit notre économie entière.

Nous devons veiller des consommateurs et des familles de classe moyen pour avoir l’information qu’ils doivent prendre des décisions financières.  (Applaudissements.)  Nous ne pouvons pas permettre aux institutions financiers, y compris ceux qui prennent vos dépôts, de prendre les risques qui menacent l’économie entière.

Maintenant, la Chambre a déjà passé la réforme financière avec plusieurs de ces changements.  (Applaudissements.)  Et les intrigants essayent de les tuer.  Mais nous ne pouvons pas les laisser gagner ce combat.  (Applaudissements.)  Et si la facture qui finit vers le haut sur mon bureau ne rencontre pas l’essai de la vraie réforme, je le renverrai jusqu’à ce que nous l’obtenions droit.  Nous devons l’obtenir droit.  (Applaudissements.)

Après, nous devons encourager l’innovation américaine.  L’année dernière, nous avons réalisé le plus grand investissement dans le placement de recherche fondamentale dans l’histoire — (applaudissements) — un investissement qui pourrait mener aux piles solaires ou au traitement les meilleur marché du monde qui tue des cellules cancéreuses mais laisse les sains intacts.  Et aucun secteur n’est plus mûr pour une telle innovation que l’énergie.  Vous pouvez voir les résultats des investissements de l’année dernière dans l’énergie propre — à la compagnie de la Caroline du Nord qui créera l’aide répandue par tout le pays des 1.200 travaux pour faire les batteries avancées ; ou dans les affaires de la Californie qui mettront mille personnes pour fonctionner faisant les panneaux solaires.

Mais pour créer plus de ces emplois d’énergie propre, nous avons besoin de plus de production, plus d’efficacité, plus d’incitations.  Et ce moyens établissant une nouvelle génération du coffre-fort, centrales nucléaires propres dans ce pays.  (Applaudissements.)  Ils signifient prendre des décisions difficiles au sujet de nouveaux secteurs en mer d’ouverture pour le développement de pétrole et de gaz.  (Applaudissements.)  Ils signifient l’investissement continu dans les combustibles organiques avancés et les technologies de charbon propres.  (Applaudissements.)  Et, oui, ils signifient voter un projet de loi complet d’énergie et de climat avec les incitations qui feront finalement à énergie propre la sorte profitable de l’énergie en Amérique.  (Applaudissements.)

Je suis reconnaissant à la Chambre pour voter un tel projet de loi l’année dernière.  (Applaudissements.)  Et cette année je suis désireux d’aider anticipé l’effort biparti dans le sénat.  (Applaudissements.)

Je sais qu’il y a eu des questions au sujet de si nous pouvons nous permettre de tels changements d’une économie dure.  Je sais qu’il y a ceux qui sont en désaccord avec la preuve scientifique primordialement sur le changement climatique.  Mais voici la chose — même si vous doutez de l’évidence, prévoyant les incitations l’énergie-efficacité et l’énergie propre sont la bonne chose à faire pour notre futur — parce que la nation qui mène l’économie d’énergie propre sera la nation qui mène l’économie globale.  Et l’Amérique doit être cette nation.  (Applaudissements.)

Troisièmement, nous devons exporter plus de nos marchandises.  (Applaudissements.)  Puisque plus que nous faisons et nous vendons à d’autres pays produits, plus les travaux nous soutenons bien ici en Amérique.  (Applaudissements.)  Tellement ce soir, nous avons fixé un nouveau but :  Nous doublerons nos exportations au cours des cinq années à venir, une augmentation qui soutiendra deux millions de travaux en Amérique.  (Applaudissements.)  Pour aider à atteindre ce but, nous lançons une initiative nationale d’exportation qui aidera des fermiers et les petites entreprises augmentent leurs exportations, et reformons des contrôles des exportations compatibles à la sécurité nationale.  (Applaudissements.)

Nous devons chercher les marchés agressivement, juste comme nos concurrents sont.  Si l’Amérique se repose sur les lignes de touche tandis que d’autres nations concluent les affaires commerciales, nous perdrons la chance de créer des emplois sur nos rivages.  (Applaudissements.)  Mais la réalisation de ces avantages signifie également qu’imposant ces accords ainsi nos partenaires commerciaux jouent par les règles.  (Applaudissements.)  Et c’est pourquoi nous continuerons à former un accord commercial de Doha qui ouvre les marchés globaux, et pourquoi nous renforcerons nos relations commerciales en Asie et avec les associés principaux comme la Corée du Sud et le Panama et la Colombie.  (Applaudissements.)

Quatrièmement, nous devons investir dans les qualifications et l’éducation de nos personnes.  (Applaudissements.)

Maintenant, cette année, nous avons traversé l’impasse entre à gauche et à droite en lançant une concurrence nationale d’améliorer nos écoles.  Et l’idée ici est simple :  Au lieu de l’échec rewarding, nous récompensons seulement le succès.  Au lieu de placer le statu quo, nous investissons seulement dans la réforme — reformer qu’accomplissement d’étudiant d’augmenter ; inspire des étudiants exceler dans les maths et la science ; et tourne autour les écoles de manqu qui volent le futur de trop de jeunes Américains, des communautés rurales au centre urbain.  Au 21ème siècle, le meilleur programme combattant la pauvreté est autour une éducation world-class.  (Applaudissements.)  Et dans ce pays, le succès de nos enfants ne peut pas dépendre davantage d’où ils vivent que sur leur potentiel.

Quand nous remplaçons la Loi élémentaire et d’enseignement secondaire, nous travaillerons avec le congrès pour augmenter ces réformes à chacun des 50 états.  Toujours, dans cette économie, un diplôme de lycée ne garantit plus un bon travail.  C’est pourquoi j’invite le sénat à suivre la Chambre et à voter un projet de loi qui revitalisera nos Instituts de Formation Supérieure, qui sont une voie de carrière aux enfants de tant de familles actives.  (Applaudissements.)

Pour rendre l’université plus accessible, cette facture finira finalement les subventions sans garantie de contribuable qui vont aux banques pour des prêts d’étudiant.  (Applaudissements.)  Au lieu de cela, prenons cet argent et donnons à des familles un crédit de l’impôt $10.000 pendant quatre années de l’université et augmentons les concessions de Pell.  (Applaudissements.)  Et nous laisser disent encore un million d’étudiants que quand ils reçoivent un diplôme, ils sera prié de payer seulement 10 pour cent de leur revenu sur des prêts d’étudiant, et toute leur dette sera pardonnée après 20 ans — et indulgent après 10 ans s’ils choisissent une carrière dans le service public, parce qu’aux Etats-Unis d’Amérique, personne ne devraient être sans le sou parce qu’elles ont choisi d’aller à l’université.  (Applaudissements.)

Et d’ailleurs, il est temps pour que des universités et des universités deviennent sérieux au sujet de réduire leurs propres coûts — (applaudissements) — parce qu’ils, aussi, ont une responsabilité d’aider à résoudre ce problème.

Maintenant, le prix de l’instruction d’université est juste un des fardeaux faisant face à la bourgeoisie.  C’est pourquoi j’ai demandé l’année dernière à vice-président Biden de présider un groupe de travail sur des familles de classe moyenne.  C’est pourquoi nous doublons presque l’abattement pour allocation familiale, et le facilitant pour sauver pour la retraite en donnant à accès à chaque ouvrier un compte de retraite et en augmentant le crédit d’impôt pour ceux qui commencent un magot.  C’est pourquoi nous travaillons pour soulever la valeur investissement simple d’un famille du plus grand — leur maison.  Les étapes que nous avons pris l’année dernière pour étayer le marché du logement ont permis à des millions d’Américains de sortir de nouveaux prêts et de sauver une moyenne de $1.500 sur des paiements d’hypothèque.

Cette année, nous intensifierons le refinancement de sorte que les propriétaires d’une maison puissent entrer dans des hypothèques plus accessibles.  (Applaudissements.)  Et ils sont avec précision de soulager le fardeau sur des familles de classe moyenne que nous avons besoin toujours de la réforme d’assurance médicale maladie.  (Applaudissements.)  Oui, nous faisons.  (Applaudissements.)

Maintenant, dégageons vers le haut quelques choses.  (Rire.)  Je n’ai pas choisi d’aborder cette issue pour obtenir une certaine victoire législative sous ma ceinture.  Et à ce jour il devrait être assez évident que je n’aie pas pris des soins de santé parce que c’était la bonne politique.  (Rire.)  J’ai pris des soins de santé en raison des histoires que j’ai eues des nouvelles des Américains dans les conditions de préexistence dont les vies dépendent d’obtenir l’assurance ; patients qui ont été niés l’assurance ; familles — même ceux avec l’assurance — qui sont juste une maladie à partir de ruine financière.

Après presque un siècle de l’essai — Administrations Democratic, administrations républicaines — nous sommes plus proches que jamais d’apporter plus de sécurité aux vies de tant d’Américains.  L’approche que nous avons adoptée protégerait chaque Américain contre les plus mauvaises pratiques du secteur des assurances.  Elle donnerait de petites entreprises et Américains non assurés une chance de choisir un plan accessible de soins de santé sur un marché compétitif.  Elle exigerait de chaque régime d’assurance de couvrir le soin préventif.

Et d’ailleurs, je veux reconnaître notre première Madame, Michelle Obama, que cette année crée un mouvement national pour aborder l’épidémie de l’obésité d’enfance et pour faire à des enfants plus saine. (Applaudissements.)  Merci.  Elle devient embarrassed.  (Rire.)

Notre approche préserverait la droite des Américains qui ont l’assurance pour garder leur docteur et leur plan.  Elle réduirait des coûts et des primes pour des millions de familles et d’entreprises.  Et selon le bureau congressionnel de budget — l’organisation indépendante que les deux parties ont citée en tant que scorekeeper officiel pour le congrès — notre approche réduirait le déficit près pas moins de $1 trillions pendant les deux décennies suivantes.  (Applaudissements.)

Toujours, c’est une issue complexe, et plus il était discuté longtemps, plus sceptiques les personnes est devenu.  Je prends ma part du blâme pour ne pas l’expliquer plus clair aux personnes américaines.  Et je sais qu’avec tous les incitation et marchandage, les Américains extrême gauche de processus se demandant, « ce qui est dans lui pour moi ? »

Mais je sais également que ce problème ne part pas.  Avant que je sois parler de finition ce soir, plus d’Américains auront perdu leur assurance médicale maladie.  Les millions la perdront cette année.  Notre déficit se développera.  Les primes monteront.  Des patients seront niés le soin qu’ils ont besoin.  Les petits entrepreneurs continueront à laisser tomber l’assurance tout à fait.  Je ne marcherai pas à partir de ces Américains, et de ni l’un ni l’autre si les personnes dans cette chambre.  (Applaudissements.)

Ainsi, comme températures refroidir, je veulent que chacun jette un autre coup d’oeil au plan que nous avons proposé.  Il y a une raison pour laquelle beaucoup de médecins, d’infirmières, et d’experts en matière de soins de santé qui savent notre meilleur de système considèrent cette approche une vaste amélioration au-dessus du quo de statut.  Mais si n’importe qui de l’une ou l’autre partie a une meilleure approche qui réduira des primes, réduira le déficit, couvrira le non assuré, renforcera Assurance-maladie pour des aînés, et arrêtera des abus de compagnie d’assurance, me laisser savent.  (Applaudissements.)  Me faire savoir.  Me faire savoir.  (Applaudissements.)  Je suis désireux de les voir.

Voici ce que je demande au congrès, cependant :  Ne pas marcher à partir de la réforme.  Pas maintenant.  Pas quand nous sommes si étroit.  Trouvons une manière de venir ensemble et de finir le travail pour les personnes américaines.  (Applaudissements.)  Obtenons-les faits.  Obtenons-le fait.  (Applaudissements.)

Maintenant, même pendant que la réforme de soins de santé réduirait notre déficit, ils ne sont pas assez pour nous creuser hors d’un trou fiscal massif en lequel nous nous trouvons.  C’est un défi qui fait tous les autres qui beaucoup plus dur pour résoudre, et un qui est été sujet à beaucoup de poser politique.  Me laisser ainsi commencer l’examen des dépenses du gouvernement par placer le disque droit.

Au début de la dernière décennie, l’an 2000, Amérique a eu un surplus budgétaire de plus de $200 milliards.  (Applaudissements.)  Avant que j’aie pris le bureau, nous avons eu un déficit d’une année de plus de $1 trillions et des déficits projetés de $8 trillions pendant la décennie suivante.  Les la plupart de ceci étaient le résultat du paiement deux guerres, deux réductions des impôts, et un programme cher de médicament délivré sur ordonnance.  Sur celui, les effets de la récession ont mis des $3 trillion de trou à notre budget.  Tout c’était avant que j’aie marché dans la porte.  (Rire et applaudissements.)

Maintenant — juste énoncé des faits.  Maintenant, si nous avions pris le bureau dans des périodes ordinaires, je ne voudrais rien davantage que pour commencer à apporter en bas du déficit.  Mais nous avons pris le bureau parmi une crise.  Et nos efforts d’empêcher une deuxième dépression ont additionné encore $1 trillions à notre dette nationale.  Ce, aussi, est un fait.

Je suis absolument convaincu qu’était la bonne chose à faire.  Mais les familles à travers le pays tendent leurs ceintures et prennent des décisions difficiles.  Le gouvernement fédéral devrait faire la même chose.  (Applaudissements.)  Tellement ce soir, je propose des étapes spécifiques pour payer trillion de dollars qu’ils ont pris pour sauver l’économie l’année dernière.

Commençant en 2011, nous sommes disposés à geler des dépenses du gouvernement pendant trois années.  (Applaudissements.)  Les dépenses liées à notre sécurité nationale, Assurance-maladie, Medicaid, et à sécurité sociale ne seront pas affectées.  Mais tous autres programmes gouvernementaux discrétionnaires.  Comme n’importe quelle famille argent-attachée, nous travaillerons dans un budget pour investir dans de ce que nous avons besoin et sacrifice ce que nous ne faisons pas.  Et si je dois imposer cette discipline par veto, je.  (Applaudissements.)

Nous continuerons à passer par le budget, ligne par ligne, page par page, pour éliminer les programmes que nous ne pouvons pas nous permettre et ne travaillons pas.  Nous avons déjà identifié $20 milliards en épargne pour l’année prochaine.  Pour aider des familles actives, nous prolongerons nos réductions des impôts de classe moyen.  Mais à la fois des déficits record, nous ne continuerons pas des réductions des impôts pour des compagnies de pétrole, pour des directeurs de fonds d’investissement d’investissements, et pour ceux faisant plus de $250.000 par année.  Nous juste ne pouvons pas nous permettre la.  (Applaudissements.)

Maintenant, même après le paiement ce que nous avons dépensé sur ma montre, nous ferons face toujours au déficit massif que nous avons eu quand j’ai pris le bureau.  D’une manière primordiale, le coût d’Assurance-maladie, Medicaid, et sécurité sociale continueront à monter en flèche.  C’est pourquoi j’ai réclamé une commission fiscale bipartie, modelé sur une proposition par Judd républicain Gregg et Democrat Kent Conrad.  (Applaudissements.)  Ceci ne peut pas être l’un de ces trucs de Washington qui nous laisse nous feindre a résolu un problème.  La commission devra fournir un ensemble spécifique de solutions par une certaine date-limite.

Maintenant, hier, le sénat a bloqué une facture qui aurait créé cette commission.  Ainsi je publierai un ordre exécutif qui nous permettra d’aller en avant, parce que je refuse de transmettre ce problème à une autre génération des Américains.  (Applaudissements.)  Et quand la voix vient demain, le sénat devrait reconstituer la loi par répartition qui était une grande raison de pourquoi nous avons eu des excédents record dans les années 90.  (Applaudissements.)

Maintenant, je sais que certains en ma propre partie argueront du fait que nous ne pouvons pas adresser le déficit ou geler des dépenses du gouvernement quand tellement beaucoup blessent toujours.  Et je conviens — ce qui est pourquoi ce gel n’entrera pas en vigueur avant l’année prochaine — (rire) — quand l’économie est plus forte.  C’est comment la budgétisation fonctionne.  (Rire et applaudissements.)  Mais comprendre — comprendre si nous ne prennent pas des mesures signicatives à la rêne dans notre dette, elle pourrait endommager nos marchés, augmenter le coût d’emprunt, et compromettre notre rétablissement — ce qui aurait un effet encore plus mauvais sur notre la croissance du travail et revenus de famille.

De certains du côté droit, je prévois que nous entendrons un argument différent — que si nous réalisons juste peu d’investissements dans nos personnes, prolongeons des réductions des impôts comprenant ceux pour les Américains plus riches, éliminons plus de règlements, maintenons le statu quo sur des soins de santé, nos déficits partira.  Le problème est est qui ce que nous avons fait pendant huit années.  (Applaudissements.)  C’est ce qui aidé nous dans cette crise.  Il est ce qui aidé pour mener à ces déficits.  Nous ne pouvons pas le faire encore.

Plutôt que combattent les mêmes batailles fatiguées qui ont dominé Washington pendant des décennies, il est l’heure d’essayer quelque chose nouvelle.  Investissons dans nos personnes sans leur laisser une montagne de dette.  Assumons notre responsabilité aux citoyens qui nous ont envoyés ici.  Essayons le bon sens.  (Rire.)  Un concept original.

Pour faire cela, nous devons identifier que nous faisons face à plus qu’un déficit des dollars en ce moment.  Nous faisons face à un déficit de confiance — profond et corrosif doute au sujet de la façon dont les travaux de Washington qui s’étaient développés pendant des années.  Pour combler cet espace de crédibilité nous devons agir sur les deux extrémités d’avenue de la Pennsylvanie — pour finir l’influence de grande taille des intrigants ; pour effectuer notre travail ouvertement ; pour donner à nos personnes le gouvernement qu’ils méritent.  (Applaudissements.)

Est ce ce que je suis venu à Washington pour faire.  C’est pourquoi — pour la première fois dans l’histoire — mes poteaux d’administration sur nos visiteurs de la Maison Blanche en ligne.  C’est pourquoi nous avons exclu des intrigants des travaux définissant la politique, ou des sièges sur les conseils et les commissions fédéraux.

Mais nous ne pouvons pas nous arrêter là.  Il est temps d’exiger des intrigants de révéler chaque contact qu’ils établissent au nom d’un client avec mon administration ou avec le congrès.  Il est temps de mettre des limites strictes sur les contributions que les intrigants donnent aux candidats pour le bureau fédéral.

Avec toute la déférence due pour la séparation des pouvoirs, la semaine dernière la court suprême a renversé un siècle de loi que je crois ouvrirai les barrages pour des intérêts spéciaux — y compris des sociétés étrangères — pour dépenser sans limite dans nos élections.  (Applaudissements.)  Je ne pense pas que des élections américaines devraient bankrolled par les intérêts les plus puissants de l’Amérique, ou plus mauvais, par les entités étrangères.  (Applaudissements.)  Elles devraient être décidées par les personnes américaines.  Et j’inviterais Democrats et républicains à voter un projet de loi qui aide à corriger certains de ces problèmes.

J’invite également le congrès à continuer en bas du chemin de la réforme de marque.  Applaudissements.)  Democrats et républicains.  (Applaudissements.)  Democrats et républicains.  Vous avez équilibré une partie de cette dépense, vous avez embrassé un certain changement signicatif.  Mais la reconstitution de la confiance publique exige plus.  Par exemple, quelques membres du congrès signalent quelques demandes de marque en ligne.  (Applaudissements.)  Ce soir, j’invite le congrès à éditer toutes les demandes de marque sur un site Web simple avant qu’il y ait une voix, de sorte que les personnes américaines puissent voir comment leur argent est dépensé. (Applaudissements.)

Naturellement, aucune de ces réformes ne se produira même si nous ne reformons pas également comment nous travaillons entre eux.  Maintenant, je ne suis pas naïve.  Je n’ai jamais pensé que le seul fait de mon élection déclencherait la paix et l’harmonie — (rire) — et une certaine ère de poteau-partisan.  J’ai su que les deux parties ont alimenté les divisions qui sont profondément indélogeables.  Et sur quelques questions, il y a des différences simplement philosophiques qui nous feront toujours partie des manières. Ces désaccords, au sujet du rôle du gouvernement en nos vies, au sujet de nos priorités nationales et de notre sécurité nationale, elles avaient eu lieu pendant plus de 200 années.  Elles sont l’essence même de notre démocratie.

Mais ce qui frustre les personnes américaines sont Washington où journalier sont jour d’élection.  Nous ne pouvons pas faire une campagne perpétuelle où le seul but est de voir qui peut obtenir les titres les plus embarrassants au sujet de l’autre côté — une croyance que si vous perdez, je gagne.  Ni la partie devrait retarder ou obstruer chaque facture simple juste parce qu’ils peuvent.  La confirmation de — (applaudissements) — Je parle aux deux parties maintenant.  La confirmation des fonctionnaires compétents ne devrait pas être tenu en otage aux projets sur les animaux domestiques ou aux rancunes de quelques différents sénateurs.  (Applaudissements.)

Washington peut penser que disant n’importe quoi à l’autre côté, n’importe comment fausse, n’importe comment malveillante, est juste une partie du jeu.  Mais c’est avec précision une telle politique qui a arrêté l’une ou l’autre partie d’aider les personnes américaines.  Plus mauvais encore, il sème davantage de division parmi nos citoyens, promeuvent la méfiance dans notre gouvernement.

Ainsi, non, je n’abandonnerai pas sur essayer de changer la tonalité de notre politique.  Je sais que c’est une année d’élection.  Et après la semaine dernière, il est clair que la fièvre de campagne ait encore plus tôt qu’habituel venu.  Mais nous devons toujours régir.

À Democrats, je vous rappellerais que nous avons toujours la plus grande majorité en décennies, et les personnes s’attendent à ce que nous résolvent les problèmes, pas course pour les collines.  (Applaudissements.)  Et si la conduite républicaine va insister sur le fait que 60 voix dans le sénat sont exigées pour faire n’importe quelles affaires du tout en cette ville — un supermajority — puis la responsabilité de régir est maintenant à vous aussi bien.  (Applaudissements.)  Dire juste le non à tout peut être la bonne politique à court terme, mais ce n’est pas conduite.  Nous avons été envoyés ici pour servir nos citoyens, non nos ambitions.  (Applaudissements.)  Ainsi prouvons aux personnes américaines que nous pouvons les faire ensemble.  (Applaudissements.)

Cette semaine, j’adresserai une réunion des républicains de Chambre.  Je voudrais commencer des réunions mensuelles par la conduite Democratic et républicaine.  Je sais que vous ne pouvez pas attendre.  (Rire.)

Dans toute notre histoire, aucune issue n’a uni ce pays davantage que notre sécurité.  Tristement, une partie de l’unité que nous nous sommes sentie après que 9/11 ait absorbé.  Nous pouvons discuter tous que nous voulons au sujet de qui est de blâmer de ceci, mais je ne suis pas intéressé à re-plaider le passé. Je sais que tous les nous amour ce pays.  Tous les nous sont commis à sa défense.  Ainsi mettons de côté les railleries de cour de récréation au sujet de qui est dur.  Rejetons le choix faux entre protéger nos personnes et confirmer nos valeurs.  Laissons la crainte et la division, et faire ce qu’il prend pour défendre notre nation et pour forger un futur plus plein d’espoir — pour l’Amérique et pour le monde.  (Applaudissements.)

C’est le travail que nous avons commencé l’année dernière.  Depuis le jour j’ai pris le bureau, nous ai remplacé notre foyer sur les terroristes qui menacent notre nation.  Nous avons réalisé des investissements substantiels dans notre sécurité de patrie et parcelles de terrain abruptes qui ont menacé de prendre des vies américaines.  Nous comblons des lacunes inacceptables indiquées par l’attaque échouée de Noël, de meilleure sécurité de ligne aérienne et d’action plus rapide sur notre intelligence.  Nous avons interdit la torture et les associations renforcées du Pacifique à Asie du sud à la péninsule Arabe.  Et en dernière année, centaines d’Al – les combattants et les filiales des qaeda, y compris beaucoup de chefs aînés, ont été capturés ou tués — bien plus qu’en 2008.

Et en Afghanistan, nous augmentons nos troupes et forces de sécurité afghanes s’exerçantes ainsi ils peuvent commencer à prendre la tête en juillet de 2011, et nos troupes peuvent commencer à venir à la maison.  (Applaudissements.)  Nous récompenserons le bon gouvernement, travaillerons pour réduire la corruption, et soutiendrons les droites de tous les Afghans — hommes et femmes semblables.  (Applaudissements.)  Nous sommes joints par les alliés et les associés qui ont augmenté leurs propres engagements, et qui viendront ensemble demain à Londres pour réaffirmer notre but commun.  Il y aura des jours difficiles en avant.  Mais je suis absolument confiant nous réussirai.

Car nous prenons le combat à Al – qaeda, nous quittons de façon responsable l’Irak à ses personnes.  En tant que candidat, j’ai promis que je finirais cette guerre, et est ce ce que je fais comme président.  Nous aurons toutes nos troupes de combat hors de l’Irak vers la fin de cet août.  (Applaudissements.)  Nous soutiendrons le gouvernement irakien — nous soutiendrons le gouvernement irakien comme ils tiennent des élections, et nous continuerons à partner avec les personnes irakiennes pour favoriser la paix régionale et la prospérité.  Mais ne faire aucune erreur :  Cette guerre finit, et toutes nos troupes viennent à la maison.  (Applaudissements.)

Ce soir, tout notre hommes et femmes dans uniforme — en Irak, en Afghanistan, et autour du monde — ils doivent savoir que nous — qu’ils ont notre respect, notre gratitude, notre appui total.  Et juste comme ils doivent avoir les ressources qu’ils ont besoin dans la guerre, nous tous avons une responsabilité de les soutenir quand ils viennent à la maison.  (Applaudissements.)  C’est pourquoi nous avons fait la plus grande augmentation des investissements pour des vétérans en quelques décennies — l’année dernière.  (Applaudissements.)   C’est pourquoi nous établissons un 21ème siècle VA.  Et c’est pourquoi Michelle s’est jointe à Jill Biden pour forger un engagement national pour soutenir les familles militaires.  (Applaudissements.)

Maintenant, même pendant que nous poursuivons deux guerres, nous confrontons également peut-être le plus grand danger aux personnes américaines — la menace des armes nucléaires.  J’ai embrassé la vision de John F. Kennedy et de Ronald Reagan par une stratégie qui renverse la diffusion de ces armes et cherche un monde sans elles.  Pour réduire nos réserves et lanceurs, tout en assurant notre moyen de dissuasion, les Etats-Unis et la Russie accomplissent des négociations sur le traité de loin-atteinte de limitation d’armements en presque deux décennies.  (Applaudissements.)  Et au sommet nucléaire de la sécurité d’avril, nous réunirons 44 nations ici à Washington, C.C derrière un but clair :  fixant tous les matériaux nucléaires vulnérables autour du monde en quatre ans, de sorte qu’ils ne tombent jamais dans les mains des terroristes.  (Applaudissements.)

Maintenant, ces efforts diplomatiques ont également renforcé notre main en faisant face à ces nations qui insistent sur violer des accords internationaux à la poursuite des armes nucléaires.  C’est pourquoi la Corée du Nord fait face maintenant à l’isolement accru, et des sanctions plus fortes — sanctions qui sont vigoureusement imposées.  C’est pourquoi la communauté internationale est plus unie, et la République islamique de l’Iran est plus d’isolement.  Et pendant que les chefs de l’Iran continuent à ignorer leurs engagements, il ne devrait y avoir aucun doute :  Ils, aussi, feront face à des conséquences croissantes.  C’est une promesse.  (Applaudissements.)

C’est la conduite que nous fournissons — enclenchement qui avance la sécurité commune et la prospérité de toutes les personnes. Nous travaillons par le G20 pour soutenir un rétablissement global durable.  Nous travaillons avec les communautés musulmanes autour du monde pour favoriser la science et éducation et innovation.  Nous sommes allés d’un spectateur chez un chef dans le combat contre le changement climatique. Nous aidons les pays en voie de développement pour s’alimenter, et continuons le combat contre le HIV/SIDA.  Et nous lançons une nouvelle initiative qui nous donnera la capacité de répondre plus rapidement et plus effectivement au bio-terrorisme ou à une maladie infectieuse — un plan qui parera des menaces à la maison et renforcera la santé publique à l’étranger.

Comme nous prenons pour plus de 60 années, l’Amérique prend ces mesures parce que notre destin est relié à ceux au delà de nos rivages.  Mais nous la faisons également parce qu’il est exact.  C’est pourquoi, car nous nous réunissons ici ce soir, plus de 10.000 Américains travaillent avec beaucoup de nations pour aider le peuple du Haïti à récupérer et reconstruire.  (Applaudissements.)  C’est pourquoi nous nous tenons avec la fille qui aspire à aller à l’école en Afghanistan ; pourquoi nous soutenons les droits de l’homme des femmes marchant par les rues de l’Iran ; pourquoi nous préconisons pour le jeune homme a nié un travail par la corruption dans la Guinée.  Pour l’Amérique doit toujours se tenir du côté de la liberté et de la dignité humaine.  (Applaudissements.)  Toujours.  (Applaudissements.)

À l’étranger, la plus grande source de l’Amérique de force a toujours été nos idéaux.  Le même est vrai à la maison.  Nous trouvons l’unité dans notre diversité incroyable, dessinant sur la promesse enchâssée dans notre constitution :  la notion que nous sommes tous égale créée ; que n’importe qui vous êtes ou à ce que vous ressemblez, si vous vous conformez à la loi vous devrait être protégé par elle ; si vous adhérez à nos valeurs communes vous devriez être traité autrement aucun différent que n’importe qui.

Nous devons continuellement remplacer cette promesse.  Mon administration a une Division de droits civiques qui poursuit de nouveau des violations de droits civiques et la discrimination à l’embauche.  (Applaudissements.)  Nous avons finalement renforcé nos lois pour nous protéger contre des crimes conduits par haine.  (Applaudissements.)  Cette année, je travaillerai avec le congrès et nos militaires pour abroger finalement la loi qui refuse aux Américains gais la droite de servir le pays qu’ils aiment en raison de qui ils sont.  (Applaudissements.)  C’est la bonne chose à faire.  (Applaudissements.)

Nous allons fendre vers le bas sur des violations des lois d’égalité de salaires — de sorte que les femmes obtiennent l’égalité de salaires pour le travail d’un jour égal.  (Applaudissements.) Et nous devrions continuer le travail de fixer notre système cassé d’immigration — pour fixer nos frontières et imposer nos lois, et s’assurer que chacun qui joue par les règles peut contribuer à notre économie et enrichissent notre nation.  (Applaudissements.)

En fin de compte, c’est nos idéaux, nos valeurs qui ont construit l’Amérique  — les valeurs qui nous ont permises de forger une nation ont composé des immigrés de chaque coin du globe ; valeurs qui conduisent toujours nos citoyens.  Journaliers, les Américains assument leurs responsabilités à leurs familles et à leurs employeurs.  Maintes et maintes fois, ils prêtent une main à leurs voisins et restituent à leur pays.  Ils prennent la fierté dans leur travail, et sont généreux dans l’esprit.  Ce ne sont pas des valeurs républicaines ou des valeurs Democratic à côté dont elles vivent ; valeurs marchandes ou valeurs de travail.  Elles sont des valeurs américaines.

Malheureusement, un trop grand nombre de nos citoyens ont perdu la foi qui nos plus grands établissements — nos sociétés, nos médias, et, oui, notre gouvernement — refléter toujours ces mêmes valeurs.  Chacun de ces établissements est plein des hommes honorables et des femmes effectuant le travail important qui aide notre pays pour prospérer.  Mais chaque fois que un Président se récompense pour l’échec, ou un banquier met le reste de nous en danger pour son propre gain égoïste, les doutes des personnes se développent.  Chaque fois que le jeu d’intrigants le système ou les politiciens se démolissent au lieu de soulever ce pays vers le haut, nous perdons la foi.  Plus les pandits de TV ramènent des discussions sérieuses aux arguments idiots, grandes issues dans des brefs discours, nos citoyens tournent loin.

Aucune merveille là n’est tellement cynisme dehors là.  Aucune merveille là n’est tellement déception.

J’ai fait campagne sur la promesse du changement — le changement que nous pouvons croire dedans, le slogan a disparu.  Et en ce moment, je sais il y a beaucoup d’Américains qui ne sont pas sûrs s’ils croient toujours que nous pouvons changer — ou cela je peux le livrer.

Mais se rappeler ceci — Je n’ai jamais proposé que le changement soit facile, ou que je pourrais seul le faire.  La démocratie dans une nation de 300 millions de personnes peut être bruyante et malpropre et compliquée.  Et quand vous essayez de faire de grandes choses et d’apporter de grandes modifications, elle remue des passions et la polémique.  C’est juste comment il est.

Ceux de nous dans le bureau de l’administration publique peuvent répondre à cette réalité en la jouant coffre-fort et éviter de dire des vérités dures et de diriger des doigts.  Obtenons nous pouvons faire ce qui est nécessaire pour maintenir nos nombres de scrutin hauts, et par la prochaine élection au lieu de faire ce qu’est le meilleur pour la prochaine génération.

Mais je sais également ceci :  Si les gens avaient fait cette décision il y a 50 ans, ou 100 ans il y a, ou il y a 200 ans, nous ne serions pas ici ce soir.  La seule raison que nous sommes voici parce que les générations des Américains étaient sans peur pour faire ce qui était dur ; pour faire ce qui était nécessaire même lorsque le succès était incertain ; pour faire ce qu’il a pris pour maintenir le rêve de cette nation vivant pour leurs enfants et leurs enfants.

Notre administration a eu quelques reculs politiques cette année, et certains d’entre eux ont été mérités.  Mais je réveille journalier sachant qu’elles ne sont rien comparée aux reculs que les familles toutes à travers ce pays ont fait face à cette année.  Et ce qui me maintient — ce qui me garde combat — est c’en dépit de tous ces reculs, cet esprit de détermination et l’optimisme, que la décence fondamentale qui a toujours été au noyau des personnes américaines, cette vit dessus.

Elle vit dessus dans le petit entrepreneur de lutte qui m’a écrit de sa compagnie, « aucun de nous, » il a dit, « … sont disposé à considérer, même légèrement, que nous pourrions échouer. »

Elle vit dessus dans le femme qui a dit que quoiqu’elle et ses voisins aient senti la douleur de la récession, « nous sommes forts.  Nous sommes résilients.  Nous sommes américains. »

Elle vit dessus dans le garçon de 8 ans en Louisiane, qui m’a juste envoyé son allocation et a demandé si je la donnerais au peuple du Haïti.

Et elle vit dessus dans tous les Américains qui ont laissé tomber tout pour aller quelque part il n’ont jamais été et des personnes de traction qu’ils n’ont jamais connues de la blocaille, incitant des chants des « Etats-Unis ! LES Etats-Unis !  Les ETATS-UNIS ! » quand une autre vie a été sauvée.

L’esprit qui a soutenu cette nation pendant les plus de deux vies de siècles dessus dans vous, ses personnes.  Nous avons fini une année difficile.  Nous sommes venus par une décennie difficile.  Mais une nouvelle année est venue.  Nouveaux bouts droits d’une décennie avant nous.  Nous ne stoppons pas.  Je ne stoppe pas.  (Applaudissements.)  Saisissons ce moment — pour commencer à nouveau, porter le vers l’avant rêveur, et renforcer notre union une fois de plus.  (Applaudissements.)

Publicités

28 janvier 2010 - Posted by | Général | , ,

Un commentaire »

  1. You’ve done it once more! Superb writing!

    Commentaire par Clair Dougherty | 29 mai 2010 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :