maison blanche

La nouvelle donne

Irak indépendant et souverain


Traduction du  discours de Barack Obama réalisée par le logiciel Systran

Remarques du président dans l’allocution à la nation sur la fin des opérations de combat en Irak
Bureau ovale

20h00 EDT

LE PRÉSIDENT :  Bonsoir.  Ce soir, je voudrais te parler au sujet de la fin de notre mission de combat en Irak, la sécurité continue nous défie font face, et la nécessité de reconstruire notre nation ici à la maison.

Je sais que ce moment historique vient à la fois de la grande incertitude pour beaucoup d’Américains.  Nous avons maintenant été par presque une décennie de guerre.  Nous avons supporté une longue et douloureuse récession.  Et parfois au milieu de ces orages, le futur que nous essayons d’établir pour notre nation — un futur de paix durable et de prospérité à long terme — peut sembler au delà de notre portée.

Mais cette étape importante devrait servir de rappel à tous les Américains que le futur est à nous à former si nous avançons avec confiance et engagement.  Elle devrait également servir de message au monde que les Etats-Unis d’Amérique prévoient pour soutenir et pour renforcer notre conduite en ce jeune siècle.

De ce bureau, de sept et d’une moitié il y a des années, le Président Bush a annoncé le commencement des opérations militaires en Irak.  Beaucoup a changé depuis cette nuit.  Une guerre pour désarmer un état est devenue un combat contre une insurrection.  Le terrorisme et la guerre de sectarian ont menacé de détacher l’Irak.  Les milliers d’Américains ont donné leurs vies ; des dizaines de milliers ont été blessées.  Nos relations à l’étranger ont été tendues.  Notre unité à la maison a été examinée.

Ce sont les eaux rugueuses produites pendant une des plus longues guerres de l’Amérique.  Pourtant il y a eu une constante parmi ces marées de décalage.  À chaque tour, les hommes de l’Amérique et les femmes dans l’uniforme ont servi avec le courage et résolvent.  Comme Commander-in-Chief, je suis incroyablement fier de leur service.  Et comme tous les Américains, je suis intimidé par leur sacrifice, et par les sacrifices de leurs familles.

Les Américains qui ont servi en Irak ont accompli chaque mission qu’ils ont été donnés.  Ils ont défait un régime qui avait terrorisé ses personnes.  En même temps que les Irakiens et les associés de coalition qui ont fait des sacrifices énormes de leurs propres, nos troupes ont combattu le bloc par le bloc pour aider l’Irak à saisir la chance pendant un meilleur futur.  Ils ont décalé la tactique pour protéger les personnes irakiennes, ont formé les forces de sécurité irakiennes, et ont sorti des leaders terroristes.  En raison de nos troupes et civils — et en raison de la résilience des personnes irakiennes — L’Irak a l’occasion d’embrasser un nouveau destin, quoique beaucoup de défis demeurent.

Tellement ce soir, j’annonce que la mission de combat américaine en Irak a fini.  La liberté irakienne d’opération est terminée, et les personnes irakiennes ont maintenant la responsabilité de fil de la sécurité de leur pays.

C’était mon engagement aux personnes américaines en tant que candidat pour ce bureau.  Février passé, j’ai annoncé un plan qui amènerait nos brigades de combat hors de l’Irak, tout en redoublant nos efforts de renforcer les forces de sécurité de l’Irak et de soutenir son gouvernement et personnes.

Est ce ce que nous avons fait.  Nous avons enlevé presque 100.000 troupes des États-Unis de l’Irak.  Nous nous sommes fermés ou viré sur les Irakiens les centaines de bases.  Et nous avons déplacé des millions de morceaux d’équipement hors de l’Irak.

Ceci accomplit une transition à la responsabilité irakienne de leur propre sécurité.  Les troupes des États-Unis ont retiré des villes de l’Irak l’été dernier, et les forces irakiennes sont entrées dans le fil avec la compétence considérable et l’engagement à leurs concitoyens.  Même pendant que l’Irak continue à souffrir des attaques terroristes, les incidents de sécurité ont été près du plus bas sur le disque depuis que la guerre a commencé.  Et les forces irakiennes ont pris le combat à Al – qaeda, enlevant beaucoup de sa conduite dans des opérations Irakien-menées.

Cette année a également vu l’Irak tenir les élections croyables qui ont dessiné une assemblée forte.  Une administration de gardien est en place pendant que les Irakiens forment un gouvernement basé sur les résultats de cette élection.  Ce soir, j’encourage les chefs de l’Irak à avancer avec une sensation d’urgence de former un gouvernement inclus qui est juste, le représentant, et responsable aux personnes irakiennes.  Et quand ce gouvernement est en place, il ne devrait y avoir aucun doute :  Les personnes irakiennes auront un associé fort aux Etats-Unis.  Notre mission de combat finit, mais notre engagement au futur de l’Irak n’est pas.

Allant en avant, une force transitoire des troupes des États-Unis demeurera en Irak avec une mission différente :  conseillant et aidant les forces de sécurité de l’Irak, les troupes irakiennes de soutien dans des missions visées d’anti-terrorisme, et protéger nos civils.  Compatible à notre accord avec le gouvernement irakien, toutes les troupes des États-Unis partiront vers la fin de l’année prochaine.  Comme nos militaires baissent, nos civils consacrés — diplomates, ouvriers d’aide, et conseillers — entrent dans la conduite pour soutenir l’Irak pendant qu’il renforce son gouvernement, résout des conflits politiques, reclasse ceux déplacés par guerre, et des cravates de constructions avec la région et le monde.  C’est un message que vice-président Biden fournit aux personnes irakiennes par sa visite là aujourd’hui.

Cette nouvelle approche reflète notre association à long terme avec l’Irak — on a basé sur l’intérêt mutuel et le respect mutuel.  Naturellement, la violence ne finira pas avec notre mission de combat.  Les extrémistes continueront à placer outre des bombes, attaquer les civils irakiens et l’essai pour susciter des différends sectaires.  Mais finalement, ces terroristes n’atteindront pas leurs buts.  Les Irakiennes sont des peuples fiers.  Ils ont rejeté la guerre sectaire, et ils n’ont aucun intérêt pour la destruction sans fin.  Ils comprennent que, à la fin, seulement les Irakiens peuvent résoudre leurs différences et maintenir l’ordre leurs rues.  Seulement les Irakiens peuvent établir une démocratie dans leurs frontières.  La quelle Amérique peut faire, et suffira, est fournissent l’appui pour les personnes irakiennes en tant qu’un ami et associé.

La terminaison de cette guerre est non seulement dans l’intérêt de l’Irak — elle est dans nos propres.  Les Etats-Unis ont payé un prix énorme pour mettre le futur de l’Irak dans les mains de ses personnes.  Nous avons envoyé nos jeunes hommes et femmes pour faire d’énormes sacrifices en Irak, et avons dépensé de vastes ressources à l’étranger à la fois des budgets serrés à la maison.  Nous avons persévéré en raison d’une croyance que nous partageons avec les personnes irakiennes — une croyance qui hors des cendres de la guerre, un nouveau commencement pourrait être soutenue dans ce berceau de civilisation.  Par ce chapitre remarquable dans l’histoire des Etats-Unis et de l’Irak, nous avons assumé notre responsabilité.  Maintenant, il est temps de tourner la page.

Comme le faisons nous, je suis conscient que la guerre d’Irak ait été une issue controversable à la maison.  Ici, aussi, il est temps de tourner la page.  Cet après-midi, j’ai parlé à l’ancien Président George W. Bush.  Il est bien connu que lui et moi ayons été en désaccord au sujet de la guerre de son début.  Pourtant personne ne peuvent douter du soutien du Président Bush de nos troupes, ou de son amour de pays et d’engagement à notre sécurité.  Comme j’ai dit, il y avait des patriotes qui ont soutenu cette guerre, et des patriotes qui se sont opposés à elle.  Et tous les nous sont unis dans l’appréciation pour nos soldats et femmes, et nos espoirs futur pour Irakiens’.

La grandeur de notre démocratie est fondue dans notre capacité de se déplacer au delà de nos différences, et d’apprendre de notre expérience pendant que nous confrontons les nombreux défis en avant.  Et aucun défi n’est plus essentiel à notre sécurité que notre combat contre Al – qaeda.

Les Américains à travers la classe politique ont soutenu l’usage de la force contre ceux qui nous a attaqués sur 9/11.  Maintenant, car nous approchons notre 10ème année de combat en Afghanistan, il y a ceux qui posent tout naturellement des questions difficiles sur notre mission là.  Mais nous devons ne jamais perdre de vue ce qui est en jeu.  Comme nous parlons, Al – le qaeda continue à tracer contre nous, et ses restes de conduite ancrés dans les régions frontalières de l’Afghanistan et du Pakistan.  Nous perturberons, démantèlerons et déferons Al – qaeda, tout en empêchant l’Afghanistan de servir encore de base aux terroristes.  Et en raison de notre abaissement en Irak, nous pouvons maintenant appliquer les ressources nécessaires pour aller sur l’offense.  En fait, au cours des 19 derniers mois, presque douzaine Al – chefs de qaeda — et centaines d’Al – les alliés extrémistes des qaeda — ont été tués ou capturés autour du monde.

Dans l’Afghanistan, j’ai commandé le déploiement des troupes additionnelles qui — sous la commande du Général David Petraeus — combattent pour casser l’élan du Taliban.
Comme avec la montée subite en Irak, ces forces auront lieu en place pendant un temps limité pour fournir l’espace pour que les Afghans établissent leur capacité et pour fixent leur propre futur.  Mais, de même que le cas en Irak, nous ne pouvons pas faire pour des Afghans ce qu’elles doivent finalement faire pour elles-mêmes.  C’est pourquoi nous formons les forces de sécurité afghanes et soutenons une résolution politique aux problèmes de l’Afghanistan.  Et en août prochain, nous commencerons une transition à la responsabilité afghane.  Le pas de nos réductions de troupe sera déterminé par des conditions au sol, et notre soutien de l’Afghanistan supportera.  Mais ne faire aucune erreur :  Cette transition commencera — parce que la guerre ouverte ne sert ni nos intérêts ni les personnes afghanes’ S.

En effet, une des leçons de notre effort en Irak est que l’influence américaine autour du monde n’est pas une fonction seule de la force militaire.  Nous devons employer tous les éléments de notre puissance — y compris notre diplomatie, notre force économique, et la puissance de l’exemple de l’Amérique — pour fixer nos intérêts et se tenir prêt nos alliés.  Et nous devons projeter une vision du futur qui est basé pas simplement sur nos craintes, mais également sur nos espoirs — une vision qui identifie les vrais dangers qui existent autour du monde,
mais également les possibilités sans limites de notre temps.

Aujourd’hui, les vieux adversaires sont à la paix, et les démocraties naissantes sont les associés potentiels.  Les marchés pour nos marchandises s’étendent d’Asie en Amériques.  Une nouvelle poussée pour la paix dans le Moyen-Orient commencera ici demain.  Les milliards des jeunes veulent se déplacer au delà des dispositifs d’accrochage de la pauvreté et être en conflit.  En tant que chef du monde libre, l’Amérique fera plus que juste la défaite sur le champ de bataille ceux qui offrent la haine et la destruction — nous mènerons également parmi ceux qui sont disposés à travailler ensemble pour augmenter la liberté et l’occasion pour toutes les personnes.

Maintenant, cet effort doit commencer dans nos propres frontières.  Dans toute notre histoire, l’Amérique a été disposée à soutenir le fardeau de favoriser la liberté et la dignité humaine outre-mer, comprenant ses liens à notre propres liberté et sécurité.  Mais nous avons également compris que la force de notre nation et influençons à l’étranger devons être fermement ancrés dans notre prospérité à la maison.  Et la roche en place de cette prospérité doit être une bourgeoisie d’élevage.

Malheureusement, pendant la dernière décennie, nous n’avons pas fait ce qui est nécessaire pour étayer les bases de notre propre prospérité.  Nous avons dépensé trillion de dollars à la guerre, souvent financée par l’emprunt à outre-mer.  Ceci, alternativement, short-changed des investissements dans nos propres personnes, et a contribué aux déficits record.  Trop longtemps, nous avons mis au loin des décisions difficiles sur tout de notre base de fabrication à notre politique énergétique à la réforme d’éducation.  En conséquence, trop de familles de classe moyenne se trouvent travailler plus dur pour moins, alors que la compétitivité à long terme de notre nation est mise en danger.

Et ainsi à ce moment, pendant que nous nous enroulons en bas de la guerre en Irak, nous devons aborder ces défis à la maison avec autant de l’énergie, et granulation, et sens de but commun que notre des hommes et des femmes dans uniforme qui ont servi à l’étranger.  Ils ont rencontré chaque essai au lequel ils ont fait face.  Maintenant, c’est notre tour.  Maintenant, il est de notre responsabilité d’honorer eux en venant ensemble, tous les nous, et travaillant pour fixer le rêve pour lequel tant de générations ont lutté — le rêve qu’une meilleure vie attend n’importe qui qui est disposé à travailler pour lui et à atteindre pour lui.

Notre tâche plus pressante est de reconstituer notre économie, et de mettre les millions d’Américains qui ont perdu leurs travaux de nouveau au travail.  Pour renforcer notre bourgeoisie, nous devons donner à tous nos enfants l’éducation qu’ils méritent, et à tous nos ouvriers les compétences dont ils ont besoin pour concurrencer dans une économie globale.  Nous devons jumpstart les industries qui créent des emplois, et finissons notre dépendance à l’égard l’huile étrangère.  Nous devons lâcher l’innovation qui permet à de nouveaux produits de tomber nos chaînes de montage, et consolidons les idées qui jaillissent de nos entrepreneurs.  Ce sera difficile.  Mais en jours à venir, il doit être de notre mission centrale en tant que peuple, et ma responsabilité centrale comme président.

Une partie de cette responsabilité veille que nous honorons nos engagements à ceux qui ont servi notre pays avec une telle bravoure.  Tant que je suis président, nous maintiendrons la force de combat la plus fine que le monde a jamais connue, et nous ferons celui qu’il prenne pour servir à nos vétérans comme ils nous avons servis.  C’est une confiance sacrée.  C’est pourquoi nous avons déjà fait un des plus grandes augmentations du placement pour des vétérans en décennies.  Nous traitons les blessures de signature des guerres d’aujourd’hui — désordre poteau-traumatique d’effort et dommages de cerveau traumatiques — tout en fournissant les soins de santé et les indemnités que tous nos vétérans ont gagnés.  Et nous plaçons Post-9/11 un GI Bill qui aide nos vétérans et leurs familles à poursuivre le rêve d’une éducation d’université.  Juste comme le GI Bill aidait ceux qui ont combattu la deuxième guerre mondiale — y compris mon père — deviennent l’épine dorsale de notre bourgeoisie, ainsi les soldats et les femmes d’aujourd’hui doivent avoir la chance d’appliquer leurs cadeaux pour augmenter l’économie américaine.  Puisqu’une partie de finir une guerre de façon responsable se tient prêt ceux qui l’ont combattue.

Il y a deux semaines, brigade finale du combat de l’Amérique en Irak — brigade de Stryker de l’armée la quatrième — voyagé à la maison dans l’obscurité de pre-dawn.  Les milliers de soldats et les centaines de véhicules ont fait le voyage à partir de Bagdad, le bout de eux passant en le Kowéit dans les heures de début de la matinée.  Sur sept ans avant, les troupes et les associés américains de coalition avaient combattu leur manière à travers les routes semblables, mais cette fois aucun projectile n’a été mis le feu.  C’était juste un convoi d’Américains courageux, faisant leur maison de manière.

Naturellement, les soldats ont laissé beaucoup derrière.  Certains étaient des adolescents quand la guerre a commencé.  Beaucoup ont servi des tours de service multiples, loin des familles qui ennuient un fardeau héroïque de leurs propres, supportant l’absence de l’étreinte d’un mari ou du baiser d’une mère.  Le plus péniblement, puisque la guerre a commencé, 55 membres de la quatrième brigade de Stryker ont fait le sacrifice final — une partie de plus de 4.400 Américains qui ont donné leurs vies en Irak.  Comme un sergent-chef a dit, « je sais qu’à mes frères d’armes qui ont combattu et sont morts, ce jour signifierait probablement beaucoup. »

Ces Américains ont donné leurs vies pour les valeurs qui ont vécu aux coeurs de nos personnes pendant plus de deux siècles.  Avec presque 1.5 million d’Américains qui ont servi en Irak, ils ont lutté dans un endroit lointain pour des personnes qu’ils n’ont jamais connues.  Ils ont regardé fixement dans le plus foncé des créations humaines — guerre — et aidé les personnes irakiennes chercher la lumière de la paix.

Dans un âge sans cérémonies de reddition, nous devons gagner la victoire par le succès de nos associés et la force de notre propre nation.  Chaque Américain qui sert joint une ligne ininterrompue des héros qui s’étend de Lexington à Gettysburg ; d’Iwo Jima vers Inchon ; de Khe Sanh à Kandahar — Américains qui ont combattu pour voir que les vies de nos enfants sont meilleures que nos propres.  Nos troupes sont l’acier dans notre bateau d’état.  Et bien que notre nation puisse voyager par les eaux rugueuses, elles nous donnent la confiance que notre cours est vrai, et qu’au delà de l’obscurité de pre-dawn, de meilleurs jours se trouvent en avant.

Merci.  Peut Dieu vous bénir.  Et peuvent Dieu bénir les Etats-Unis d’Amérique, et tous ce qui la servent.

Publicités

1 septembre 2010 - Posted by | Général | , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :