maison blanche

La nouvelle donne

Repeal and Replace the Repeal and Replace Obamacare

Obama avait fait de sa réforme de la santé l’alpha et l’oméga de son programme politique. A force de ténacité, il arriva à passer sa réforme. Mais il paya ce succès au prix fort. Il perdit lourdement les élections midterms de 2010 et les républicains n’ont eu de cesse que de bloquer toute initiative pendant six ans. Les démocrates perdaient 6 sièges au Sénat, 63 à la Chambre des représentants et 6 postes de gouverneurs et les Républicains prenaient la majorité des deux chambres. C’était la plus grande défaite électorale d’un parti à la Chambre des représentants depuis 1938. Un vrai désastre.

Parmi les objectifs du parti de l’éléphant remis en selle, l’abrogation de l’Obamacare. Ils s’y sont essayé à une soixantaine de reprises sans y arriver car ils ne disposaient pas de la supermajorité des 60 voix nécessaires pour voter une loi sans utiliser la méthode de réconciliation que sont en train d’utiliser les républicains actuellement.

Donald Trump l’avait répété à l’envi, dès son entrée à la Maison Blanche, il allait Repeal and Replace cette loi historique. Dès le premier jour. On allait voir ce qu’on allait voir. Pour le nouveau président il s’agissait plus d’effacer ce qu’avait fait son prédécesseur (ce qu’il a fait dans beaucoup d’autres domaines en signant des Executive Order) que de construire quelque chose de nouveau. Le repeal assurément, le replace si possible.

La Chambre des représentants a dû s’y reprendre à deux fois pour adopter un texte que le président lui-même a qualifié ensuite de « mean » (Etonnant l’utilisation d’un vocabulaire enfantin par ce président). Pas vraiment fait pour nouer des liens avec les représentants qui l’ont soutenu dans cette démarche. Mais le principal était de signer une victoire législative. D’ailleurs, Donald Trump avait organisé une petite sauterie dans les jardins de la Maison Blanche pour fêter ça. Une démarche totalement inhabituelle d’autant que ce n’est que le début d’un processus loin d’être achevé.

La balle était dans le camp du Sénat maintenant. Pendant des semaines, une groupe d’une douzaine de sénateurs ont travaillé dans le plus grand secret pour pondre un texte assez proche de celui de la chambre basse baptisé the Better Care Reconciliation Act. Et Mitch McConnell, le chef de la majorité du Sénat voulait un vote avant le 4 juillet. Sinon, il faudrait attendre le retour de la chambre le 10 juillet.

Mais entre-temps, les Américains ont montré leur très grande insatisfaction d’une loi qui, loin d’apporter des améliorations dans leur couverture de santé mettait sur le carreau quelque 22 millions d’Américains dans les dix ans à venir. En fait de nouvelle loi sur la santé, il s’agit plutôt d’un transfert de richesse des pauvres vers les riches par le biais de réductions fiscales. Cette loi est aujourd’hui extrêmement impopulaire.

Dans un éditorial publié dans le New York Times, Paul Krugman s’étonne du fait que les républicains ne se sont même pas embarrassé de donner une quelconque explication ou justification pour une telle initiative. En général, les arguments classiques sont énoncés : les réductions d’impôts vont dynamiser l’économie et tout le monde va en bénéficier, la déréglementation va améliorer l’efficacité et réduire les prix. Ce que l’on avait appelé du temps de Reagan l’économie Vaudou.

Concrètement, pour être gagnant de cette réforme, il faut vérifier les contraintes suivantes :

1.Your income is more than $200,000 a year
2.You have a job that comes with good health insurance
3.You can’t imagine any circumstances under which you lose that job or income
4.You don’t have any family members or friends who don’t meet those criteria
5.You have zero empathy for anyone else

Dans une interview ci-dessous sur la chaîne PBS, Warren Buffet témoigne du résultat qu’aurait une telle loi sur sa feuille d’imposition : elle lui ferait tout simplement économiser 600 000 euros. C’est assez difficile à justifier. L’oracle d’Omaha ne cherche pas à le faire, bien au contraire.

 

Mais face à cette nouvelle mouture, certains sénateurs ont fait entendre leur voix et s’opposent à ce texte : certains parce qu’il ne va pas assez loin, d’autres parce qu’il est trop radical sans oublier ceux qui vont repasser devant les électeurs en novembre 2018 et qui commencent à y réfléchir sérieusement.

Après comptage et recomptage, Mitch McConnell n’a pu que constater qu’il n’aurait jamais une majorité en l’état et qu’il fallait retravailler encore le texte pour essayer de rassembler plus large. Car avec une majorité de 52 sénateurs, les républicains ne peuvent pas perdre plus de deux voix. A égalité 50-50, ils peuvent toujours compter sur Mike Pence pour emporter la décision. A 49-51, c’est perdu.

Profitant de la fête nationale du 4 juillet, les sénateurs vont donc rentrer dans leur circonscription et entendre à nouveau le mécontentement qui s’exprime désormais partout. La partie est donc remise au 10 juillet…

Puisque que le repeal and replace ne fonctionne pas pourquoi ne pas essayer le repeal and delay où on abroge l’Obamacare et on se donne un peu de temps pour élaborer une nouvelle loi. Encore pire. Une stratégie qui avait été évoquée il y a quelques mois mais enterrée rapidement car si Dieu a créé le monde en 6 jours Donald Trump pouvait bien faire voter une nouvelle loi sur la santé en un jour. Sauf que…

Barack Obama avait payé le prix fort pour passer sa loi. Les Républicains et Donald Trump vont peut-être eux aussi le payer au prix fort mais à la différence qu’ils n’auront passé aucune loi.

Pour Mark Shields, éditorialiste et David Brooks, éditorialiste du New York Times, la cause est entendue.

 

1 juillet 2017 Posted by | Général | Laisser un commentaire