maison blanche

La nouvelle donne

Un déficit en hausse malgré une économie vigoureuse


« I am the king of debt » avait prévenu Donald Trump dans l’un des trois débats face à Hillary Clinton. On ne devrait pas être surpris et ne sera pas déçu sauf que là il ne s’agit pas de son entreprise mais du gouvernement américain.

Aux démocrates les bons sentiments et les programmes sociaux, aux républicains, la gestion rigoureuse des comptes publics. La réforme fiscale que Donald Trump a tenu à baptiser cette loi de tax cut plutôt que tax reform, « la plus grande de toute l’histoire des Etats-Unis », devait se payer par elle-même. En gros, elle allait générer un surplus de croissance qui augmenterait les recettes fiscales. Entre temps, les entreprises pourraient investir et augmenter les salaires. Le raisonnement a déjà été utilisé en son temps par Ronald Reagan et George W. Bush. Les quatre dernières années avec un excédent budgétaire remontent à Bill Clinton entre 1998 et 2001. Et avant cela, il faut remonter à 1969, l’année où Richard Nixon entrait à la Maison Blanche et héritait d’une situation économique gérée par les démocrates depuis 1961. Bref, l’idée des républicains gestionnaires rigoureux est à revoir.

Est-ce que les républicains et Donald Trump avaient prémédité leur initiative fiscale ou se sont-ils laissés débordés par les événements. La baisse fiscale vise en priorité les entreprises dont le taux d’imposition est passé de 35 % à 21 % des bénéfices, même si elle a également touché les particuliers et comportaient des dispositions permettant à des petites entreprises familiales et personnelles de réduire leur taux d’imposition.

Les républicains n’ont de cesse que militer pour un gouvernement le plus petit possible – depuis Ronald Reagan, on le sait, le gouvernement est devenu le problème, – sauf pour les dépenses militaires et donc n’ont pas besoin de lever les impôts. Le résultat ne s’est pas fait attendre : le déficit budgétaire de l’exercice 2018 (clos le 30 septembre) – le premier complet de l’administration Trump –  s’est élevé à 779 milliards de dollars en augmentation de 17 % par rapport à 2017 et le plus haut niveau depuis 2012. Cela alors que la croissance est dynamique et que les Etats-Unis ne sont pas réellement en guerre. Il devrait dépasser les mille milliards de dollars en 2019. En cause, de fortes dépenses militaires et des rentrées fiscales moins élevées que prévues. Pour l’exercice fiscal 2018, les impôts sur les bénéfices n’ont atteint que 205 milliards de dollars contre 297 milliards un an plus tôt.

Malgré tout, les républicains n’aiment toujours pas les déficits. Alors quoi faire… Il faudrait réduire tous les programmes sociaux : Social Security (retraites), Medicare et Medicaid, les assurances maladies pour les retraités et les plus démunis. Et voilà. Le tour est joué.

Fiscal Year  Deficit   (in billions) Events Affecting Deficit
1929 ($1) Market crash.
1930 ($1) Smoot-Hawley.
1931 $0 Dust Bowl.
1932 $3 Hoover tax hike.
1933 $3 FDR New Deal.
1934 $4 GDP up 10.8%.
1935 $3 Social Security. WPA.
1936 $4 Tax hikes renewed depression.
1937 $2
1938 $0 Depression ended.
1939 $3 Dust Bowl ended.
1940 $3 Defense increased.
1941 $5 Pearl Harbor.
1942 $21 Defense tripled.
1943 $55
1944 $48 Bretton-Woods.
1945 $48 WWII ended.
1946 $16 Recession.
1947 ($4) Cold War.
1948 ($12) Recession.
1949 ($1)
1950 $3 Korean War.
1951 ($6)  
1952 $2  
1953 $6 Korean War ended.
1954 $1 Recession.
1955 $3  
1956 ($4)  
1957 ($3) Recession.
1958 $3  
1959 $13 Fed raised rates.
1960 $0 Recession.
1961 $3 JFK & Bay of Pigs. 
1962 $7 Cuban Missile Crisis.
1963 $5 U.S. aids Vietnam.  JFK killed.
1964 $6 LBJ War on Poverty.
1965 $1 Medicare. Medicaid.
1966 $4 Vietnam War.
1967 $9  
1968 $25 Moon landing.
1969 ($3) Nixon took office.
1970 $3 Recession.
1971 $23 Wage price controls.
1972 $23 Stagflation.
1973 $15 End of gold standard.
1974 $6 Budget process created.
1975 $53 First Ford budget.
1976 $74 Stagflation.
1977 $54 Stagflation.
1978 $59 First Carter budget.
1979 $41 Volcker raised rates to 20%.
1980 $74 Recession. Iran oil embargo.
1981 $79 Reagan tax cut.
1982 $128 Reagan’s 1st budget.
1983 $208 Jobless rate 10.8%.
1984 $185 Increased defense spending.
1985 $212
1986 $221 Tax cut.
1987 $150 Market crash
1988 $155 Fed raised rates.
1989 $153 S&L Crisis.
1990 $221 Desert Storm.
1991 $269 Recession.
1992 $290  
1993 $255 Clinton signed Balanced Budget Act.
1994 $203 First Clinton budget.
1995 $164  
1996 $107 Welfare reform.
1997 $22  
1998 ($69) LTCM crisis.
1999 ($126) Glass-Steagall repealed.
2000 ($236) Surplus.
2001 ($128) 9/11 attacks. EGTRRA.
2002 $158 War on Terror.  
2003 $378 JGTRRA.
2004 $413  
2005 $318 Katrina. Bankruptcy Act.
2006 $248 Bernanke chairs Fed.
2007 $161 Iraq War cost.
2008 $459 Bank bailout. QE.
2009 $1,413 Stimulus Act.
2010 $1,294 Obama tax cuts. ACA. Simpson-Bowles.
2011 $1,300 Debt crisis.
2012 $1,087 Fiscal cliff. 
2013 $679 Sequester. Government shutdown.
2014 $485 Debt ceiling.
2015 $438 Defense = $736.4 b.
2016  $585 Defense = $767.3 b.
2017 $665 Defense = $812.3 b.
2018  $779 Defense = $824.7

 

19 octobre 2018 - Posted by | Général

Aucun commentaire pour l’instant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :