maison blanche

La nouvelle donne

Vote des femmes : un siècle après !

La nomination de Kamala Harris comme candidate d’une des deux grands partis avec une très bonne chance d’être élu correspond aux centtième anniversaire du droit de vote des femmes. C’est en effet le 18 août 1920 que les États ratifient le Dix-neuvième amendement, donnant aux femmes le droit de vote, voté par le Congrès le 4 juin 1919. Au Tennessee, le parlement de l’État ne ratifie cet amendement à la Constitution qu’avec une seule voix de majorité.

Aux Etats-Unis comme dans la majorité des pays du monde, l’égalité politique des femmes a été une longue et difficile marche. Première étape majeure de cette évolution, le droit de vote a été questionné au milieu du 19e siècle. C’est en juillet 1848 au Seneca Falls Woman’s Convention Rights organisée par Elizabeth Cady Stanton et Lucretia Mott, pionnières de la lutte pour le droit des femmes, que le mouvement est lancé. Mais il faudra attendre 70 ans pour que les femmes obtiennent, « arrachent », le droit de vote.  Pendant la première Guerre mondiale, les femmes participent activement, notamment en apportant une contribution importante à la fabrication des armes. Au sortir de la Guerre, le président Woodrow Wilson, qui sera aussi Prix Nobel de la Paix[1], prononce un discours dans lequel il déclare : « Nous avons fait des femmes nos partenaires dans cette guerre. Pouvons-nous accepter que seule une société de souffrances, de sacrifices et de labeurs soit réservée aux femmes ? ».

Mais pour qu’elle soit ratifiée, cette modification doit être acceptée par 36 Etats sur les 48 que comptaient alors les Etats-Unis. C’est en 1920, suite au vote du Tennessee, que les femmes américaines ont enfin le droit de participer aux élections. Ce droit est entériné grâce au vote du 19e amendement en 1919 par le Congrès et à sa ratification l’année suivante.


Le texte du 19e amendement

The right of citizens of the United States to vote shall not be denied or abridged by the United States or by any State on account of sex.


Dans cette marche vers l’égalité hommes / femmes, c’est la Nouvelle-Zélande qui a ouvert la voie en 1893 devant l’Australie (1902) et la Finlande (1906).

De son côté, la France, qui se déclare volontiers le pays des droits de l’Homme, a oublié la moitié de sa population jusqu’en 1944, date à laquelle l’amendement du député communiste Fernand Grenier instaurant le vote des femmes est adopté par 51 voix contre 16 par l’Assemblée consultative provisoire.

Encore plus que dans les précédentes élections, les femmes seront déterminantes dans l’élection de Joe Biden. Elles constitueront un atout majeur pour battre Donald Trump. Selon un tout récent sondage réalisé par CBS, les femmes voteraient à 56 % pour Biden contre 39 % pour Trump alors que globalement Joe Biden recueille 52 % des intentions de vote contre 42 % pour Trump. Fake News ? Les sondages de Fox News donnent des indications comparables même si elles sont moins évidentes (51 % des femmes pour Biden contre 39 % pour Trump, 49 % contre 42 % au niveau global et 46 % / 46 % pour les hommes.

[1] Quatre présidents américains ont obtenu le prix Nobel de la Paix : Théodore Wilson en 1906, Woodrow Wilson en 1919, Jimmy Carter en 2002 et Barack Obama en 2009.

22 août 2020 Posted by | Elections 2020 | Laisser un commentaire

Il n’y pas de petits profits…

La convention républicaine va s’ouvrir la semaine prochaine. Après Charlotte en Caroline du Nord, puis Jacksonville en Floride, c’est finalement à Charlotte que se tiendra la convention virtuelle du parti républicain. Mais c’est Washington DC qui servira de hub pour tenir cette convention. Et pas n’importe quel lieu de la capitale a été choisi pour la majorité des discours de cet événement à l’occasion duquel Donald Trump acceptera la nomination comme candidat du parti républicain.

 

C’est l’Andrew W. Mellon Auditorium, un bâtiment d’architecture néoclassique qui relie les deux ailes du bâtiment de l’Environmental Protection Agency (EPA) que sera ce hub. Construit en 1934, il est l’œuvre de l’architecte Arthur Brown, Jr. L’auditorium est la propriété du gouvernement américain et ne devrait donc pas, en temps normal, être utilisé pour un événement partisan comme une convention démocrate ou républicaine. Mais nous ne sommes pas en temps normal. Et par le plus grand des hasards, c’est le bâtiment le plus proche du Trump International Hotel. Hum… Et aussi par le plus grand des hasards, opportunité commerciale oblige, l’hôtel a révisé ses prix à la hausse, 60 % selon le Daily Beast (Trump’s D.C. Hotel Jacked Up Its Prices as Trump Began Plotting a D.C.-Based Convention) à l’occasion de cet événement. De la même manière que club de Mar-a-Lago, propriété de Donald Trump, avait doublé le droit d’adhésion dès que le candidat Trump a été élu président des Etats-Unis.

Tout ceci est insignifiant à côté des problèmes qui se posent actuellement aux Etats-Unis à commencer par la crise sanitaire du Coronavirus et la crise économique. Mais parfois les petits détails en disent long.

22 août 2020 Posted by | Elections 2020 | Laisser un commentaire