maison blanche

La nouvelle donne

L’Amérique pleure Notre Dame

De New York à San Francisco, de Chicago à la Nouvelle Orléans, du Massachusetts à la Californie, de la Floride au Montana, tous les quotidiens américains sont à l’unisson et pleure la violence que vient de subir Notre Dame. Cette harmonie témoigne de la place que tient cet édifice non pas unique au monde mais qui constitue sans nul doute le porte-drapeau des quelque 80 cathédrales présentes sur le sol français. Paris c’est la Tour Eiffel mais c’est aussi Notre Dame.

Lire la suite

17 avril 2019 Posted by | France vs Amérique | Laisser un commentaire

Dépenses en contenus numériques : le match France-Etats-Unis

La disposition à payer pour des contenus numériques est bien plus haute aux États-Unis qu’en France, montrent les données du Global Consumer Survey de Statista . Tout au cours de cette dernière décennie, l’un des principaux défis des propriétaires de contenus et des maisons d’édition a été de faire payer les consommateurs pour des contenus qu’ils étaient habitués à avoir accès gratuitement.

Comme le met en avant notre graphique, les abonnements aux services de streaming musical et de vidéos restent les formes privilégiées de dépenses en contenu numérique, malgré un écart notable entre les États-Unis et la France. Les consommateurs outre-Atlantique se révèlent également bien plus ouverts à débourser de l’argent pour des e-books, e-magazines et journaux en ligne.

Infographie: Dépenses en contenus numériques : où va l'argent ? | Statista

11 janvier 2019 Posted by | France vs Amérique | Laisser un commentaire

New York vue du Normandie

Roger Schall (1904-1995) travailla comme illustrateur et photojournaliste et dirigea le studio photographique de sa famille dans les années 1930. Ce photographe de l’entre-deux guerres fut l’un des pionniers du photoreportage. Il a en particulier réalisé de splendides photos sur Paris dont certaines sont exposées à la Galerie Argentic.

Ici, lors du voyage inaugural du Normandie vers New York en 1935. Roger Schall fut à cette époque l’unique photographe accrédité pour immortaliser cette traversée historique.

 

 

 

21 décembre 2018 Posted by | France vs Amérique | Laisser un commentaire

Quels régimes politiques les Français et les Américains préfèrent ?

Le Pew Research Center a mené une enquête dans 38 pays pour déterminer le type de régime politique – démocratie, régime militaire et autres systèmes politiques – que les citoyens de ces pays préféraient. Dans chaque pays sondé, plus de la moitié de la démocratie représentative est un moyen très ou plutôt bon de diriger leur pays. Mais l’enquête a également révélé une ouverture, à des degrés divers, à certaines formes de gouvernement non démocratiques.

La comparaison entre la France et les Etats-Unis ne pointe pas de grandes différences sur l’adhésion ou le rejet des différents régimes. Les Américains seraient plus nombreux à être favorables à un régime dirigé par un « leader fort » : 22 % contre 12 % en France. Etonnant car les Américains nous font régulièrement remarqué que les Français ont coupé la tête de Louis XVI.

Par contre, concernant le niveau de confiance et de satisfaction sur le fonctionnement de la démocratie dans leur pays, les Américains sont nettement plus positifs.

31 octobre 2017 Posted by | France vs Amérique | Laisser un commentaire

Chateaubriand rend visite à George Washington

Dans ses Mémoires d’Outre-Tombe (Voyage en Amérique), Chateaubriand raconte sa visite à George Washington dans ce qui était à l’époque la « Maison du président » à Philadelphie. Rencontre qui a été mise en doute par certains observateurs (Lebègue, R. (1965) Le problème du voyage de Chateaubriand en Amérique. Journal des Savants). On a du mal à imaginer la scène lorsque l’on pense à la Maison Blanche aujourd’hui et à la sécurité qui l’entoure.

« Lorsque j’arrivai à Philadelphie, le général Washington n’y était pas ; je fus obligé de l’attendre une huitaine de jours. Je le vis passer dans une voiture que tiraient quatre chevaux fringants, conduits à grandes guides. Washington, d’après mes idées d’alors, était nécessairement Cincinnatus ; Cincinnatus en carrosse dérangeait un peu ma république de l’an de Rome 296. Le dictateur Washington pouvait-il être autre qu’un rustre, piquant ses bœufs de l’aiguillon et tenant le manche de sa charrue ? Mais quand j’allai lui porter ma lettre de recommandation, je retrouvai la simplicité du vieux Romain.
Une petite maison, ressemblant aux maisons voisines était le palais du président des Etats-Unis : point de gardes ; pas même de valets. Je frappai ; une jeune servante ouvrit. Je lui demandai si le général était chez lui ; elle me répondit qu’il y était. Je répliquai que j’avais une lettre à lui remettre. La servante me demanda mon nom, difficile à prononcer en anglais et qu’elle ne put retenir. Elle me dit alors doucement :  » Walk in, sir . Entrez, monsieur  » et elle marcha devant moi dans un de ces étroits corridors qui servent de vestibule aux maisons anglaises : elle m’introduisit dans un parloir où elle me pria d’attendre le général.
Je n’étais pas ému : la grandeur de l’âme ou celle de la fortune ne m’imposent point ; j’admire la première sans en être écrasé ; la seconde m’inspire plus de pitié que de respect : visage d’homme ne me troublera jamais.


Au bout de quelques minutes, le général entra : d’une grande taille, d’un air calme et froid plutôt que noble il est ressemblant dans ses gravures. Je lui présentai ma lettre en silence ; il l’ouvrit, courut à la signature qu’il lut tout haut avec exclamation :  » Le colonel Armand !  » C’était ainsi qu’il l’appelait et qu’avait signé le marquis de La Rouërie.
Nous nous assîmes. Je lui expliquai tant bien que mal le motif de mon voyage. Il me répondait par monosyllabes anglais et français, et m’écoutait avec une sorte d’étonnement ; je m’en aperçus, et je lui dis avec un peu de vivacité :  » Mais il est moins difficile de découvrir le passage du nord-ouest que de créer un peuple comme vous l’avez fait. – Well, well, young man ! Bien, bien, jeune homme  » s’écria-t-il en me tendant la main. Il m’invita à dîner pour le jour suivant, et nous nous quittâmes.
Je n’eus garde de manquer au rendez-vous. Nous n’étions que cinq ou six convives. La conversation roula sur la Révolution française. Le général nous montra une clef de la Bastille. Ces clefs, je l’ai déjà remarqué étaient des jouets assez niais qu’on se distribuait alors. Les expéditionnaires en serrurerie auraient pu, trois ans plus tard, envoyer au président des Etats-Unis le verrou de la prison du monarque qui donna la liberté à la France et à l’Amérique. Si Washington avait vu dans les ruisseaux de Paris les vainqueurs de la Bastille, il aurait moins respecté sa relique. Le sérieux et la force de la Révolution ne venaient pas de ces orgies sanglantes. Lors de la révocation de l’Edit de Nantes, en 1685, la même populace du faubourg Saint-Antoine, démolit le temple protestant à Charenton, avec autant de zèle qu’elle dévasta l’église de Saint-Denis en 1793.
Je quittai mon hôte à dix heures du soir, et ne l’ai jamais revu ; il partit le lendemain, et je continuai mon voyage. »

19 octobre 2017 Posted by | France vs Amérique | Laisser un commentaire

Trump à Paris : Who is Jim ?

Finalement Donald Trump n’a pas suivi le conseil de son ami Jim, il est allé à Paris. Alors que son ami Jim lui avait bien dit pourtant : Paris n’est plus Paris. Mais finalement qui est ce Jim ? Existe-t-il vraiment même si, selon Donald Trump, ce Jim est un « very substantial guy », dans l’esprit de Donald Trump cela signifie qu’il est au minimum milliardaire.

 

13 juillet 2017 Posted by | France vs Amérique | Laisser un commentaire

Barack Obama soutient Emmanuel Macron

On savait qu’Emmanuel Macron s’était entretenu avec Barack Obama il y a quelques jours. Cette fois, c’est l’ancien président américain qui apporte son soutien au candidat d’En Marche, une démarche relativement inhabituelle. Il y a sans doute une arrière-pensée de mettre un terme au mouvement populiste que l’on observe actuellement avecles  deux événements majeurs qu’ont été le Brexit et l’élection de Donald Trump. Et aussi, de répondre à Donald Trump qui a soutenu Marine Le Pen.

4 mai 2017 Posted by | France vs Amérique | Laisser un commentaire

Les élections françaises vues des médias américains

Cette année, les élections françaises suscitent un intérêt particulier dans les médias américains. D’abord, elles sont plus difficiles à défricher que par le passé où deux grands partis s’affrontaient, souvent comparés aux démocrates et aux républicains, auxquelles s’est durement ajouté l’extrême-droite. Ensuite, elles s’inscrivent dans une série d’élections fondues sous le double signe du nationalisme et du populisme. Il y a d’abord eu le Brexit qui mettait un coin dans la construction européenne et permettait aux Américains de voir dans le Royaume-Uni un allié revenant au bercail de l’alliance historique anglo-américaine. Puis quelque moins, l’élection de Donald Trump contre le souhait et toutes les prédictions de la quasi-totalité des médias américaines. Dans ces conditions, comment lire les élections présidentielles 2017 car les schémas habituelles droite-gauche ne sont plus suffisant pour comprendre les phénomènes ? Les Français vont-ils tomber dans le populisme de Marine Le Pen dont les médias ne se risquent pas affirmer qu’elle ne sera pas élue. Chat échaudé craint l’eau froide !

La candidate de l’extrême-droite Marine Le Pen attire l’attention du New York Times (Attack on Champs-Élysées Injects More Uncertainty Into French Vote ; A Guide to the French Vote (and How It Relates to ‘Brexit’ and Trump) en raison des thèmes défendus par le Front National et qui font écho à certains développés avec subtilité par Donald Trump : « Beaucoup de Mexicains qui viennent illégalement aux Etats-Unis sont des violeurs, il faut donc construire un mur et le faire payer par le Mexique ». Autant dire qu’il n’y aura pas de mur que de toute façon les Mexicains n’auraient pas financé.

Of the candidates, Ms. Le Pen has arguably drawn the most attention from journalists, because of her hard-line stance on immigration, her grim warning that a declining France is losing its identity and her party’s record with Jews and Muslims, among other communities.

Le quotidien ne peut évidemment pas faire l’économie s’interroger sur l’effet possible de l’attaque terroriste de jeudi soir sur les Champs-Elysées citant une déclaration de Marine Le Pen qui reprend un thème cher à Donald Trump :

“For 10 years, under the governments of left and right, everything has been done to make us losers,”

La grille de lecture du très sérieux Foreign Affairs (France’s Election Is Trump vs. Merkel vs. Modi vs. Corbyn ; The French are still undecided – and, increasingly, the rest of the world is, too) ne reprend pas le traditionnel clivage droite-gauche mais utilise un positionnement selon deux critères : l’identité nationale (cosmopolitan identity) et la mondialisation de l’économie (Globalized economy). Sur le quadrant politique à 4 cases qui couvre l’ensemble de l’échiquier politique, il positionne les 4 principaux candidats. Plus de place pour d’autres candidats donc. De fait, l’article ne mentionne pas Benoit Hamon, représentant du parti socialiste qui constitue l’armature de la gauche depuis près d’un demi-siècle. D’ailleurs, le candidat du PS qui représente le parti du président qui ne se représente pas – un première dans la 5e république –  et le parti du président en place va peut-être se retrouver au niveau historiquement bas (5 %) de Gaston Deferre et de la SFIO aux élections de 1969.

22 avril 2017 Posted by | France vs Amérique | Laisser un commentaire