maison blanche

La nouvelle donne

Les raisons de la victoire de Barack Obama pour Gallup

La situation de l’environnement général ou tout au moins la perception qu’en ont les Américains s’est clairement améliorée la dernière année précédant les élections du 6 novembre. Selon l’institut Gallup c’est ce qui explique la réélection de Barack Obama mardi.

On répétait à l’envi qu’un président n’avait jamais été élu avec un taux de satisfaction inférieur à 50 % et un taux de chômage supérieur à 8 % Et bien justement, le premier a franchi dans le bon sens le seuil symbolique des 50 % en atteignant 52 % et le taux de chômage est descendu à 7,8 % en septembre pour légèrement remonter en octobre à 7,9%.

Par rapport à celui des autres présidents, le score de Barack Obama est un peu entre deux. Plus élevé que ceux de Bush père, Carter et Ford qui n’ont pas été réélus, mais moins élevé que ceux de Nixon, Reagan et Clinton, réélus dans de meilleures conditions qu’ils n’avaient été élus. Le seul contre-exemple est celui d’Harry Truman qui, malgré un taux de satisfaction faible de 40 %, a été réélu en 1948.

Mais au-delà de ces deux chiffres un peu arides, les Américains ont le sentiment que la situation s’est arrangée depuis un an et ce sur plusieurs fronts : l’emploi, ce que l’institut Gallup appelle l’US satisfaction, c’est-à-dire la satisfaction de l’environnement général, et l’économie. Parallèlement, les Américains sont plus nombreux à adhérer aux idées du parti démocrate.

Si tous ces indices se sont très significativement améliorés en un an, ce n’est pas pour autant que la situation est jugée satisfaisante. Les Américains restent d’une humeur plutôt négative. Un tiers seulement  d’entre eux se déclarent satisfaits, un niveau significativement inférieur au plus faible niveau (38%) d’après l’élection d’un président en exercice. Il était plus faible après la défaite de George H.W. Bush (22%) en 1992 et de Jimmy Carter (19%) qui n’ont pas été réélus. Ceci expliquant cela.

Ce sondage de l’institut Gallup montre une fois de plus la forte polarisation qui existe actuellement dans la société américaine : 92 % des démocrates approuve le travail d’Obama contre seulement 6 % des républicains. Cette différence de 86 points est la plus importante jamais constatée par l’institut de sondage. Une polarisation qui existe aussi au niveau du Congrès et qui laisse augurer d’un deuxième difficile mandat pour Barack Obama.

8 novembre 2012 Posted by | Elections 2012 | , , , | Un commentaire

En Une de la presse US

Ci-dessous quelques Unes de la presse américaine. Parmi les titres les plus fréquents :

Four more years
Obama
Obama Wins
History Repeats
It’s Obama
Second term
Obama again

Les autres Unes ci-dessous Lire la suite

7 novembre 2012 Posted by | Elections 2012 | , , | Laisser un commentaire

What happens if ? : 269 vs 269

Ce n’est techniquement pas impossible puisque 538 est un nombre pair. Rappelons que le nombre de grands électeurs (les 438 membres de la Chambre des Représentants et les 100 sénateurs) est réévalué à chaque recensement qui est effectué tous les dix ans et qui affecte un quota de voix aux Etats en fonction de leur population. C’est ainsi que l’Ohio a vu son nombre de grands électeurs passer de 20 à 18 depuis le recensement de l’année 2010. Ce qui ne l’empêche pas d’être toujours au cœur de l’élection en  sa qualité de swing state.

Evidemment, la probabilité est assez faible – même très faible –  mais ne me demandez pas de la calculer. Il faudrait calculer toutes les possibilités de totaliser les 269 voix et les croiser avec leur vraisemblance. Par exemple, les 55 voix de la Californie sont quasiment acquises au candidat démocrate. D’ailleurs, Nate Silver l’a déjà calculé : 152 combinaisons réalisées sur 25 001 possibles, soit 0,6 %, ce qui est très faible, mais pas nul (Cette occurrence est arrivée en 1800 mais avec un système différent de celui que nous connaissons  aujourd’hui).

Cet événement est prévu dans la Constitution dans le 12e amendement voté en 1804 suite à l’imbroglio de l’élection de 1800 qui vit l’élection de Thomas Jefferson. L’amendement prévoit que la Chambre des Représentants nouvellement élue procède à l’élection du président, chaque état ayant une voix alors que le Sénat élit le Vice-Président (Rappelons que le Vice-Président est le président du Sénat).

Cela nous ramène à l’élection de 2000 où pour la quatrième fois dans l’histoire des Etats-Unis un président avec la majorité des grands électeurs mais sans la majorité des votes populaires. Il est vrai que Ralph Nader était venu jouer les troubles fêtes. George W. Bush gagna la Floride avec 537 voix d’écarts. Le Camp démocrate posa un recours pour recompter les bulletins en Floride devant la Cour Suprême de l’état et celle des Etats-Unis. Cette dernière considéra que le recompte ordonné par la Cour suprême de Floride était anticonstitutionnel par 7 voix contre 2 et, par 5 voix contre 4, qu’il était impossible d’effectuer un recompte constitutionnel dans les délais impartis par la Constitution des États-Unis.

6 novembre 2012 Posted by | Elections 2012 | , , | 2 commentaires

Derniers chiffres du chômage et élections 2012

Selon le Bureau of Labor Statistics, l’économie a créé 171 000 emplois au mois d’octobre laissant le taux de chômage juste en dessous des 8 %, 7,9 % exactement. C’est un  chiffre qui ne devrait donc pas avoir d’impact sur le cours des élections car il ne montre ni une dégradation ni une amélioration significative.

Evidemment, ce taux de chômage est très différencié en fonction des catégories ethniques, allant de 4,9 % pour les Américains d’origine asiatiques à 14,3 % pour les Noirs.

Ces chiffres montrent aussi que les Noirs constituent la catégorie qui a le plus de difficulté à bénéficier de la reprise et qui reste encore plus de 3 % au dessus du niveau d’octobre 2008, juste au début de la crise.

Comme en France, les jeunes sont les moins bien lotis et ne voient pas leur situation s’améliorer, bien au contraire. Leur taux de chômage est passé de 20,6 % en septembre 2008 à 23,7% en octobre 2012.

Parallèlement à ce statu quo qui donne une impression que la situation évolue favorablement, la confiance dans l’économie telle que la mesure l’institut Gallup est la plus élevée depuis 4 ans (U.S. Economic Confidence Best Since 2008).

 

2 novembre 2012 Posted by | Général | , | Un commentaire

Yes he can!

Affiche vue place du Panthéon (je ne suis pas sûr que ceux qui l’ont utilisée aient bien compris son utilisation). Belle affiche néanmoins.

12 mai 2012 Posted by | Général | , , , | Laisser un commentaire

Politicians and money

« Our Politicians are little more than money launderers in  the traffiking of  power and policy – fewer thant six degrees of separation from the spirit and Tactics of Tony Soprano »

 

Bill Moyers
How Wall Street Occupied America
The Nation
November 21, 2011

17 novembre 2011 Posted by | Ils ont dit | , , | Laisser un commentaire

Coup de tabac annoncé chez les démocrates

Tous les clignotants sont au rouge et les démocrates sont en très mauvaise posture pour les élections du 2 novembre. Les niveaux de satisfaction et de confiance à l’endroit du président, du Congrès et d’autres institutions majeures comme la Cour suprême sont au plus bas.

Le moral des Américains au plus bas… ou presque
Des élections Midterm qui s’annoncent très difficiles

Un nouvel indicateur publié par l’Institut Gallup renforce encore l’idée que l’on va assister à un changement massif dans la composition des deux Chambres. La Chambre des représentants pourrait bien changer de camp politique et rien n’est sûr concernant le Sénat où Obama avait pourtant démarré son mandat avec la supermajorité des 60 sièges.

Le dernier sondage réalisé par l’institut de sondage pose deux questions :

1.      Pensez-vous que la majorité des élus du Congrès méritent d’être réélus ?

2.      Pensez-vous que l’élu de votre district (pouvant être réellement un district dans le cas des Représentants et de l’État s’il s’agit d’un sénateur) mérite d’être réélu ?

La première observation concerne le décalage entre le jugement général et particulier. Pour le dire d’une manière imagée : « tous pourris sauf mon député ». Il y a une différence de près de 20 points entre les deux appréciations. Lire la suite

23 octobre 2010 Posted by | Général | , , , , , | Laisser un commentaire

Le moral des Américains au plus bas… ou presque

Ou dit d’une autre manière, certes un peu triviale, c’est ce qu’on appelle avoir le moral dans les chaussettes. Selon une enquête réalisée entre le 7 et 10 octobre par l’institut Gallup, Seulement 21 % des Américains se déclarent satisfaits sur « la manière dont vont les choses aux Etats-Unis » (the way things are going in the United States at this time). C’est le taux le faible dans la période qui précède les élections midterm depuis 30 ans que l’institut de sondage pose la même question. En 1982, deux ans seulement après l’élection de Ronald Reagan, ce taux était de 24 %, ce qui n’a pas empêché de finir son mandat et de se faire rééilire une seconde fois. D’ailleurs, quatre plus tard, toujours sous le mandat Reagan, le taux était de 58 %. Même séquence sous Clinton : 30 % en 1994 et 60 % quatre ans plus tard. Il est vrai que les Etats-Unis étaient entrés dans une zone de forte croissance économique.

 

Le taux le plus faible jamais mesuré a été de 7 % en octobre 2008, deux semaines après la banqueroute de Lehman Brothers et le début de la plus forte crise depuis la Grande Dépression.

Évidemment, le taux de satisfaction est beaucoup plus faible chez les républicains (5%) que chez les démocrates (34 %) et que les indépendants (19%).

Dans un premier temps, il est clair que les démocrates vont souffrir aux prochaines élections. Avec un taux de satisfaits de 30 %, les démocrates ont perdu 53 sièges à la Chambre basse en 1994 (35 % en 2006 et perte de 30 sièges). Mais l’effet n’est pas aussi mécanique : 32 % en 1990 et perte de seulement 8 sièges.

Selon les analystes, ils devraient garder la majorité au Sénat mais sont dans une zone très dangereuse pour la Chambre des représentants. Mais cela ne signifie rien pour la suite, les prochaines élections et son second mandat. Il suffirait que la situation économique s’améliore et que Barack Obama enregistre deux ou trois succès marquants et surtout remarqués.

20 octobre 2010 Posted by | Général | , , , | Laisser un commentaire